Bons résultats financiers et parfum de discussions à la Régie intermunicipale d'élimination des déchets solides de Brome-Missisquoi


Publié le 11 avril 2017

Les membres du C.A. de la Régie intermunicipale d'élimination des déchets solides de Brome-Missisquoi (RIEDSBM) lors de la réunion de mardi.

©TC Media - Ghyslain Forcier

MUNICIPAL. La Régie intermunicipale d'élimination des déchets solides de Brome-Missisquoi (RIEDSBM) trace un bilan positif de la dernière année, au moment où circulent des informations selon lesquelles l'organisme paramunicipal pourrait envisager un partenariat.     

En séance régulière du Conseil municipal de Cowansville, la semaine dernière, le maire de Cowansville Arthur Fauteux, questionné par la conseillère Corinne Labbé, avait reconnu que les livres de l'organisme avaient été ouverts.

Le président de la Régie, le maire de Bedford, Yves Lévesque, n'avait depuis pas retourné les appels de TC Media sur le sujet. 

L'édition de mercredi du quotidien La Voix de l'Est rapportait cependant que l'entreprise Matrec, qui possède des installations sur la route 137 à Sainte-Cécile-de-Milton, avait eu des échanges avec la Régie sur ses activités et ses façons de faire.

Le sujet a rebondi quelques heures plus tard à la réunion mensuelle de mercredi, dès la première période de questions.       

Certains des membres du conseil d'administration, le président Yves Lévesque et le vice-président Arthur Fauteux, ont tenu à faire amende honorable.

«En réalité, on a des discussions pour connaître les meilleures pratiques, les meilleures méthodes de travail à travers la province. Il n'y a rien de défini à ce sujet», a rappelé M. Lévesque.  

«On s'est adressé à l'industrie, et il n'y a pas qu'à Matrec à qui nous avons parlé. M. Lévesque évoque toute la province, mais c'est même allé au-delà de ça. Il n'y a pas de commitment avec personne», a poursuivi Arthur Fauteux.

«Un monopole, ce n'est pas bon pour personne», a renchéri le citoyen.

«Soyez assurés qu'on n'est pas à vendre. Les emplois seront protégés, ça fait partie des incontournables», a ajouté Arthur Fauteux. 

Le sujet ne figurait pas à l'ordre du jour de la réunion.

La RIEDSBM est administrée par quatre localités, Cowansville, Dunham, Farnham et Bedford. Elle est responsable de la gestion de l'écocentre et du site d'enfouissement situé sur le chemin Saint-Joseph à Cowansville.

Quelques chiffres    

Pour l'exercice se terminant au 31 décembre 2016, la RIEDSBM a haussé ses revenus de 235 209 $, à 3 417 436 $. Ce mouvement s'explique par l'augmentation des services rendus, notamment l'enfouissement des matières résiduelles des municipalités non membre.

Les charges ont aussi augmenté, mais pas au même rythme. Elles se chiffrent à 2,65 M$, contre 2,55 M$ un an plus tôt (+ 101 061 $).

L'excédent de fonctionnement à des fins fiscales s'établit à 1 478 947 $, en baisse de 159 654 $.

L'excédent accumulé atteint maintenant 10 360 525 $.