Sections

Euro-Spa: un nouveau départ pour la salle Le Fontenel

Investissement de 2 M$ à Saint-Ignace-de-Stanbridge


Publié le 5 juillet 2017

Josef Bihler reconnaît que les six derniers mois n'ont pas été de tout repos, mais se dit agréablement surpris de l'allure du nouveau bâtiment et de la terrasse en pavé uni.

©Photo: TC Media – Claude Hébert

AFFAIRES. Gros début d'année pour les propriétaires de L'Euro-Spa qui ont dû voir à la bonne marche de leur centre de santé tout en supervisant la reconstruction de la salle de réception Le Fontenel ravagée par un incendie dès la première semaine de 2017.

L'établissement a encaissé  des pertes de revenus importantes à la suite du sinistre du 7 janvier dernier, mais ses propriétaires n'ont jamais baissé les bras pour autant.

«La plus grosse noce que nous ayons servie réunissait 380 personnes. Dans un mariage standard, on ne dépasse guère 100 ou 120 invités.»

Josef Bihler, propriétaire de L'Euro-Spa

«Nous avons dû annuler 19 banquets de janvier à avril. Le Club de golf de Farnham a accepté de mettre son chalet à notre disposition pour un mariage pendant que la Ville de Bedford, propriétaire du centre communautaire Georges-Perron, nous permettait d'utiliser ses installations pour la tenue d'une demi-douzaine de banquets», signale le propriétaire, Josef Bihler.

L'Euro-Spa a également dû refuser cinq ou six bals de finissants, en juin dernier, à la suite des événements.

Nouveau départ

L'Euro-Spa a accueilli une première noce le 27 mai dernier après six mois d'attente. On y célébrera plusieurs autres mariages du début juillet à la fin octobre.

«La salle de réception Le Fontenel accueille généralement de 45 à 50 mariages chaque année, à raison de deux ou trois par week-end. Nous avons déjà 22 réservations pour 2018. Certains couples ont même décidé de retarder leur mariage d'un an pour avoir accès à nos installations», précise M. Bihler.

Les dates disponibles pour les partys de Noël 2017 s'envolent également comme des petits pains chauds.

«Cet été, nous prévoyons organiser un banquet à nos frais afin de remercier les pompiers pour leurs bons services», ajoute le propriétaire.

Facilités

Le Fontenel a été reconstruit au même endroit, au goût du jour et avec toutes les facilités modernes (chauffage radiant, équipement de projection, Internet  sans-fil, etc.).

La salle principale, d'une capacité de 450 à 500 places, a été reconfigurée afin de permettre aux convives de partager le même espace. Elle peut être subdivisée en deux sections à l'aide d'un mur amovible.

«Nous avons reculé les deux bars et la cuisine vers l'arrière du bâtiment pour laisser plus de place aux invités», explique M. Bihler.

Le Fontenel dispose par ailleurs de deux salles au sous-sol, d'une capacité respective de 75 et 100 places. La nouvelle entrée à deux niveaux (<I>split level<I>) facilite l'accès à cette partie de l'immeuble.

«Un salon et un lounge ont été aménagés spécialement pour la mariée et les filles d'honneur. Ces deux petites salles pourront également servir pour des réunions d'affaires durant la semaine», indique le propriétaire.

Les convives ont aussi accès à une terrasse en pavé unie avec fontaine pour le cocktail et la séance de photos.

Chantier de six mois

La réalisation du projet, par l'entreprise Construction Marc Chevalier, de Saint-Ignace-de-Stanbridge, aura nécessité six mois de travail et des investissements de l'ordre de 2 M$.

«En 1998, lors de la construction de la salle de réception d'origine, une chaise coûtait 26 $ pièce. On doit maintenant débourser 78 $ pour la même chaise», signale M. Bihler, pour justifier le coût du projet.

Ce dernier estime que M. Chevalier et son équipe ont réussi un véritable tour de force en complétant les travaux juste à temps pour la saison des mariages. Le chantier a débuté à la mi-février pour se terminer à fin juin.

«Pas moins de 16 ouvriers étaient sur place pendant les périodes de pointe. La température clémente nous a également aidés à rencontrer l'échéancier. Le chantier n'a pas fait relâche plus de quatre jours durant tout l'hiver, les deux journées de tempête de la mi-mars comprises», ajoute-t-il.