Sections

Un Bedfordois veut réduire la vitesse sur la rue Rivière

Son chien happé par un véhicule


Publié le 16 septembre 2017

Yannick Laberge et son fidèle compagnon, quelques jours après l’accident du 10 septembre dernier.

©Photo: gracieuseté

SÉCURITÉ. Un citoyen de la Rive-Sud, détenant une résidence secondaire à Bedford, demande aux élus de prendre les moyens nécessaires pour réduire la vitesse sur la rue Rivière entre le pont de la rue Victoria et la Place Excelsior.

Yannick Laberge a téléphoné à l’hôtel de ville de Bedford, au bureau du député provincial et au poste de la Sûreté du Québec, voilà quelques jours, pour rapporter l’accident dont son chien avait été victime et demander aux autorités compétentes d’assurer un meilleur contrôle de la vitesse sur ce tronçon.

«Ça roule vite dans le secteur – aussi bien du côté des autos que des camions – et il y a beaucoup d’enfants qui s’amusent à l’extérieur. Il faut être proactif et tenter de corriger la situation avant qu’il arrive un accident plus grave», plaide-t-il.

M. Laberge croit à l’importance d’une campagne de sensibilisation et invite ses concitoyens à signer une pétition demandant une plus grande vigilance de la part des autorités municipales.

Ce dernier déplore l’absence de «mesures d’atténuation» sur le territoire de Bedford et propose le recours à un radar-photo, comme celui que l’on peut apercevoir sur la route 202 en plein cœur du village de Noyan.

«Je cherche également à démêler les champs de compétence des divers paliers de gouvernement. La Ville me dit qu’elle n’est pas responsable, car il s’agit d’une route provinciale, alors que le bureau du député provincial laisse entendre que la Municipalité ne peut se dégager de ses responsabilités pour autant. Bref, les deux parties se renvoient la balle… et je me sens un peu comme le David dans l’histoire de David et Goliath», indique M.Laberge.

La pétition de M. Laberge devrait être déposée à l’hôtel de ville de Bedford à la séance publique du 3 octobre prochain.

 

Dure semaine pour un propriétaire de chien

(C.H.) L e chien de Yannick Laberge n’a pas l’habitude de gambader sur la voie publique, car le terrain de son maître est clôturé. Il peut cependant arriver que l’animal échappe à la vigilance du propriétaire des lieux lors d’un moment d’inattention. C’est précisément ce qui est arrivé le dimanche 10 septembre dernier.

@R:Peu après son escapade, le chien a été happé par un véhicule roulant à vive allure et a subi de graves blessures qui ont nécessité son transport à l’hôpital vétérinaire de Brossard, ouvert 24 heures par jour, sept jours par semaine.

M. Laberge, qui a été témoin de la scène, a également dû être traité à l’hôpital BMP pour un choc nerveux. Malgré l’énervement du moment, il a néanmoins réussi à porter son fidèle compagnon à bout de bras, sur une bonne distance, jusqu’à son domicile.

Le chien est au repos depuis une semaine et son propriétaire a dû retourner à l’hôpital vétérinaire dans les derniers jours pour éviter que la plaie de l’animal ne s’infecte.

«Ça a été une semaine très difficile», admet M. Laberge.