Deux nouvelles entreprises s’installent dans le Technoparc de Bromont

Deux nouveaux joueurs s’apprêtent à faire leur apparition sur le boulevard de l’Aéroport à Bromont. Selon ce qu’a appris l’Express, il s’agit d’AirBoss Defense et d’Ellison surface technologies qui vont investir des millions de dollars et créer des emplois spécialisés dans le technoparc.

 

Une affiche couleur et des fondations, pour le moment c’est tout ce qu’on trouve au 28 boulevard de l’Aéroport à Bromont. D’ici le 1er juillet, les choses vont toutefois s’accélérer alors que l’entreprise AirBoss Defense investit près de 2M$ pour y construire son nouveau siège social, ainsi qu’un centre de recherche et développement de 12 500 pieds carrés.

 

En plus du béton, il y a l’équipement. Des centaines de milliers de dollars supplémentaires vont y être dépensés pour aménager les trois laboratoires, ainsi que plusieurs millions pour les activités de recherche. Une fois en marche, l’endroit devrait accueillir environ 18 employés.

 

Dans une entrevue exclusive accordée à l’Express, le président d’AirBoss Defense, Earl Laurie, dit avoir préféré Bromont à Kingston en Ontario en raison de la main d’œuvre bilingue et d’un plus grand bassin de techniciens spécialisés. Lui-même habite Bromont depuis quatre ans et le futur directeur du centre de recherche, Luc Dionne, un ancien employé d’IBM, habite aussi Bromont depuis 20 ans.

 

Une bonne part des activités d’AirBoss Defense, qui fabrique des gants, des masques à gaz et des bottes militaires, se concentrent à Acton Vale. On y trouve une usine de production et d’assemblage, ainsi que le siège social actuel. D’autres opérations ont aussi lieu à Milton, dans le nord du Vermont, ce qui place Bromont à mi-chemin entre les deux endroits.

 

L’entreprise a un chiffre d’affaires de 30 à 50 millions de dollars, selon les années. Les ventes dépendent des variations des budgets militaires, surtout chez leur principal client: les États-Unis. Les Forces armées canadiennes comptent pour 10 à 15% des ventes.

 

Comme les Américains ont annoncé leur intention de réduire leurs dépenses militaires, AirBoss saisit l’opportunité de développer de nouveaux produits. Earl Laurie veut notamment développer un nouveau masque à gaz qui viendrait transformer cet équipement. «Un masque à gaz c’est comme un char, il y a beaucoup d’options, mais à la base ils sont tous faits pareils», soutient celui qui rêve d’un produit plus petit, plus léger et plus polyvalent.

 

Le projet d’AirBoss à Bromont ne s’est pas réalisé sans heurts. La construction du bâtiment accuse déjà plusieurs mois de retard en raison d’un changement de partenaire, mais aussi à cause de délais dans l’obtention de permis et d’approbation à la Ville de Bromont.

 

«C’est beaucoup plus complexe au Québec et à Bromont qu’au Vermont. Ça m’a très déçu en tant que Québécois», a confié Earl Laurie qui a grandi sur la rue Mountain à Granby. Il souhaite d’ailleurs discuter avec les élus de Bromont pour aider à améliorer la façon d’accueillir les PME.

 

Environ 35% de l’espace des nouveaux locaux d’AirBoss vont justement profiter à une autre petite entreprise prospère de Bromont. La société Cogiscan, installée sur la rue de Gaspé depuis 1999 n’a jamais cessé de croître et la vingtaine d’employés se trouve désormais à l’étroit.

 

«C’est un peu petit, mais c’est surtout mal adapté à nos besoins. Le déménagement va permettre de soutenir notre croissance», a précisé Vincent Dubois, coprésident de l’entreprise.

 

Ellison surface technologies
À peine arrivé dans le Technoparc, Earl Laurie n’a pas tardé à faire bénéficier de ses contacts. L’homme d’affaires a servi d’entremetteur entre le Groupe Ellison au Vermont et le CLD de Brome-Missisquoi.

 

On a d’ailleurs appris, par une résolution du conseil municipal de Bromont, adoptée le 19 décembre, que le Groupe Ellison se portait acquéreur d’un terrain à l’arrière du 30 boulevard de l’Aéroport. Un bout de terre de 40 000 pieds carrés, vendu au coût de 0,10$ du pied carré.

 

Le bâtiment industriel installé à cette adresse est à louer depuis un bon moment, mais le propriétaire Gérald Scott de CHASCO a récemment retiré l’affichage. Celui-ci nous a confirmé que des négociations sont en cours et devraient se conclure sous peu.

 

Du côté d’Ellison surface technologies, le porte-parole Pierre Chenard se fait très discret. Il a refusé de donner plus de détails sur les investissements ou la nature des activités prévues à l’usine de Bromont. Il a cependant admis que des emplois vont être créés sans en préciser le nombre. Tous les détails du projet vont être dévoilés au cours d’une conférence de presse le 19 janvier.

 

Ellison Surface technologies, dont le siège social est établi à Mason, en Ohio, compte aussi des usines au Kentucky, au Vermont, au Tennessee et en Arizona. Il s’agirait de sa première percée en sol canadien.

 

L’entreprise de génie crée des enduits («engineered coatings») qui recouvrent les surfaces de pièces produites par leurs clients afin d’améliorer la performance des matériaux. L’usine d’Ellison au Vermont est déjà partenaire de GE à Bromont depuis la fin des années ’90.


 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des