Une surfaceuse à la fois économique et écologique à Cowansville

Finies les émissions de monoxyde de carbone après avoir refait la glace au Pavillon Roland-Désourdy. La Ville de Cowansville se dotera d’ici quelques semaines d’une surfaceuse électrique dernier cri, une excellente nouvelle pour le portefeuille… et les poumons .

 

La «Zamboni» actuelle, qui date de 1985, ne correspondait plus aux exigences de la municipalité.

 

«Nos détecteurs de monoxyde de carbone se déclenchent à chaque fois que nos employés utilisent la surfaceuse. Ça entraîne des dépenses importantes au niveau de la ventilation et c’est une menace pour la qualité de l’air. On adopte ainsi la technologie européenne, en avance de plusieurs années sur l’Amérique du Nord dans ce domaine», explique Sylvain Perreault, surintendant des infrastructures à la Ville de Cowansville.

 

La nouvelle surfaceuse Engo coûtera 142 400 $, plus les taxes. M. Perreault soutient que c’est un excellent investissement.

 

«Les factures de propane s’élèvent à plus de 5000 $ par année, alors qu’une charge de batterie électrique ne coûtera qu’environ 2,50 $ par jour. On économisera au moins 10 000 $ par année», soutient-il.

 

Sylvain Perreault mentionne que la glace est refaite environ 50 fois par semaine lors de la saison de hockey et de patinage.

 

«Chaque chargement de batterie permet de faire 25 glaces. Ce sera donc plus simple durant les tournois et lors de fins de semaine bien remplies», dit-il.

 

Le maire Arthur Fauteux soutient que le remplacement de la «Zamboni» s’inscrit dans la volonté de la Ville de moderniser ses infrastructures.

 

«Aucun incident majeur n’est survenu à l’aréna, mais on veut éviter des situations comme à St-Eustache, alors que des joueurs de hockey et des spectateurs furent intoxiqués à cause de l’émission de monoxyde de carbone. Nous sommes proactifs car la santé publique, c’est prioritaire», affirme-t-il.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des