Un groupe de soutien pour les gens qui entendent des voix

Un groupe de soutien pour les gens qui entendent des voix
Camille Béland

NOUVEAUTÉ. Pour aider les gens de Brome-Missisquoi à mieux vivre avec les voix et les sons qu’ils entendent, l’organisme le Phare source d’entraide offrira un groupe de formation et de soutien dès octobre.

Entendre des voix peut être difficile pour certaines personnes, qui se sentent jugées. Pour les aider, le Phare source d’entraide offrira dès octobre le groupe de formation et de soutien «Vivre avec les voix». Les participants exploreront des stratégies, selon une approche personnalisée, pour maîtriser leur voix.

«Il y aura aussi une période d’échange sur leurs voix. Ils seront aussi invités à tenir un journal de bord sur la fréquence de leur voix et leur réaction», enchaîne Camille Béland, co-coordonnatrice au Phare source d’entraide de Brome-Missisquoi. L’activité hebdomadaire, coanimée par Camille Béland et Stéphanie Gendron, pair aidante à Entrée chez soi, se conclura avec une lecture sur le sujet. «C’est une recherche de sens pour eux», souligne Camille Béland.

Une étude démontre que la participation à un groupe a des effets bénéfiques. «Ça peut diminuer les voix. Dans certains cas, les voix sont moins malveillantes, elles ont moins d’emprise sur la personne. Souvent, les gens vont avoir le sentiment que la voix les contrôle. Ils ont même l’impression que s’il n’écoute pas leur voix, ça pourrait avoir des conséquences pour eux. Dans le groupe, ils vont expérimenter à désobéir à la voix», explique Camille Béland. En participant à ce groupe, les individus vont aussi découvrir qu’ils ne sont pas seuls à vivre cette situation.

Pour cette première expérience, Camille Béland souhaite accueillir le «plus de gens possible». «Au début, peut-être que ce sera plus difficile. Ils croiront qu’ils ne pourront pas en parler parce qu’ils se font toujours dire que "c’est dans ta tête" ou que s’ils en parlent à leur médecin, il va augmenter la médication», enchaîne Mme Béland.

Une conférence sera aussi offerte par Brigitte Soucy, de l’organisme Le Pavois de Québec le 10 septembre à 13h. Elle sera accompagnée d’une personne vivant avec ce phénomène. «Cela s’adresse aux personnes qui entendent des voix, à leurs proches et aux intervenants. On souhaite accueillir une trentaine de personnes», poursuit Mme Béland. Le groupe de soutien et la conférence se tiendront à Cowansville. Un transport sera organisé pour favoriser l’accès aux activités. Pour information et inscription: Camille Béland (450) 293-0690 ou (450) 266-3464.

Entendre des voix…

Un phénomène plus répandu qu’on ne le croit

Entre 4 et 25% de la population entendent des voix. Dans certains cas, des personnes souffrant de schizophrénie et de troubles bipolaires, par exemple, peuvent en entendre. Mais des personnes sans historique de troubles de santé mentale peuvent également vivre cette situation. «Il ne s’agit pas d’une problématique de santé mentale. On peut rencontrer ce phénomène dans diverses expériences», précise Camille Béland, co-coordonnatrice au Phare source d’entraide de Brome-Missisquoi. Il peut s’agir d’une réaction au veuvage, d’une réaction à un événement ou encore en début ou en fin de sommeil. «Ce serait un phénomène qui serait normal, un phénomène relié au psychisme. Quelqu’un qui a perdu un être cher pourrait entendre sa voix», conclut Mme Béland.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des