Le camion-échelle de Farnham au rancart pour six semaines

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Le camion-échelle de Farnham au rancart pour six semaines

SÉCURITÉ. La Ville de Farnham devra se passer de son camion-échelle pour les six prochaines semaines à la suite d’un accident survenu le 30 octobre dernier.

«En vertu du schéma de couverture de risque en sécurité incendie, le camion-échelle de Cowansville et celui de Bedford restent en back up jusqu’au retour à Farnham de notre véhicule», signale le chef de la brigade, Mario Nareau.

Le service de sécurité incendie de Farnham ignore le coût exact des réparations, mais laisse entendre que la facture devrait être supérieure à 12 000 $ et inférieure à 25 000 $. La Ville devra acquitter la franchise de 10 000 $, le reste de la facture étant absorbée par l’assureur du véhicule.

«On est loin du chiffre de 150 000 $ qui a circulé sur les médias sociaux», indique le directeur général de la Municipalité, François Giasson.

Selon M. Nareau, les dommages apparents sont relativement mineurs (miroir brisé, peinture endommagée) et le camion-échelle peut se déplacer par ses propres moyens. L’inspection du camion-échelle par un inspecteur accrédité par la Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ) permettra de déterminer s’il y a eu des dommages au châssis, à la conduite, des bris mécaniques, des fuites d’huiles ou autres liquides.

«Le véhicule se trouve présentement à Saint-François-du-Lac et y restera pour la durée des réparations», ajoute le chef de la brigade.

Un «accident bête»

Trois camions à incendie de Farnham ont pris la route le 30 octobre dernier – une journée de grands vents soufflant à plus de 55 km/h – pour diverses interventions. Le camion-échelle s’est notamment rendu sur le chemin Curé-Godbout avec trois pompiers pour porter secours à un chauffeur et un étudiant se trouvant à bord d’un autobus scolaire en contact avec un fil électrique.

«Au retour de cette intervention, le camion-échelle a croisé un autre autobus et s’est tassé sur l’accotement pour lui donner la chance de passer. Il faut savoir que la route est assez étroite à cet endroit», relate M. Nareau.

L’accotement était relativement mou et le camion-échelle a glissé vers le fossé. Deux remorqueuses ont été nécessaires pour sortir le véhicule de 37,5 tonnes de sa fâcheuse position.

Le nouveau maire, Patrick Melchior, voit mal comment on pourrait jeter le blâme sur le chauffeur de onze ans d’expérience qui détient un permis de classe 4-A, en plus d’avoir suivi une formation de 45 h sur les véhicules d’urgence (module 6) à l’Institut de protection des incendies du Québec.

«Si le camion-échelle ne s’était pas tassé, il aurait pu entrer en collision avec l’autobus», affirme-t-il.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des