Vincent Van Horn: maître distillateur à temps plein

Photo de Roxanne Langlois
Par Roxanne Langlois
Vincent Van Horn: maître distillateur à temps plein
Vincent Van Horn, originaire de Bedford, est distillateur en chef pour la Distillerie de la Chaufferie. (Photo : Gracieuseté – Pascal Rameux -Rameux Photographes)

ALCOOL. Dans la chaufferie de l’ancienne usine Imperial Tobacco, à Granby, un distillateur est à l’œuvre. Entre les alambics et les cuves de fermentation, le Bedfordois Vincent Van Horn s’applique à produire les deux premiers alcools conçus par la Distillerie de la Chaufferie.

Pour l’instant le seul employé à temps plein, Vincent Van Horn, agit comme distillateur en chef en plus d’être associé dans cette grande aventure.

Diplômé de l’Université McGill en sciences de l’alimentation et ayant notamment fabriqué du rhum aux Îles Caïmans, le jeune homme originaire de Bedford réalise littéralement un rêve dans le sous-sol de l’immeuble. «C’est la  première fois que j’ai le contrôle complet sur le processus. Je suis incroyablement fier du fait que nos bouteilles se retrouveront dans les maisons des gens», se réjouit le grand manitou de la fabrication.

Au fil d’innombrables essais et erreurs et de dégustations, celui-ci en est venu à concevoir, à l’aide d’une moulange, de deux fermenteurs et les trois alambics (respectivement baptisés Miki, Melody et Veronika) deux produits, un gin et une vodka, qui se démarqueront par le fait qu’ils sont 100 % locaux.

Le slogan inscrit sur les bouteilles, Du grain au verre, se concrétise littéralement, ce qui constitue un défi supplémentaire pour l’entreprise granbyenne. «On est dans les rares microdistilleries qui partent de zéro. La plupart vont, par exemple, faire venir un alcool de base et vont y mettre leurs saveurs. Nous, on part du seigle», explique Mathieu Couture, l’un des onze actionnaires de la Distillerie de la Chaufferie.

Pour le distillateur en chef, ce grain contribue à introduire un arrière-goût intéressant, à la fois épicé et citronné;  le procédé choisi permet également de faire la démonstration d’une plus grande créativité, la distillation étant un heureux mélange d’art et de science. «On vise la perfection», lance M. Van Horn en riant.

L’économie circulaire fait également partie prenante de l’initiative: à l’issue du processus de production, les drêches de distillerie sont retournées à des entreprises agricoles de la région afin de nourrir les bêtes. «Il y a très peu de gaspillage», précise le distillateur.

De grandes ambitions
La production du London Dry Gin Furlong et de la vodka Lemay (nommés en l’honneur de deux des investisseurs) est débutée; environ 400 à 500 bouteilles ont déjà, au total, été produites. Elles seront éventuellement disponibles sur les tablettes de la Société des alcools du Québec (SAQ).

Les entrepreneurs derrière la Distillerie de la Chaufferie n’entendent toutefois pas se limiter à ces deux alcools. «On va se lancer dans le whisky un peu plus tard et on pense à travailler les pommes, éventuellement, pour mettre en valeur les produits de la région», résume M. Van Horn, lui-même un grand amateur de whisky.

En plus de visites guidées, une terrasse pouvant accueillir jusqu’à 200 clients est dans les cartons. Si tout va bien, elle devrait d’ailleurs être finalisée en prévision de l’été prochain. «On aimerait ça, aussi, avoir une serre pour faire pousser nos herbes et nos produits», poursuit M. Couture.

La capacité de production de l’entreprise se situe actuellement à environ 100 000 bouteilles annuellement; une expansion ou un deuxième lieu de production à Granby font partie des nombreuses idées qui fourmillent au sein du groupe d’investisseurs. «Si on pouvait, un jour, produire 500 000 à 600 000 bouteilles… Pourquoi pas? Ça fait partie de nos rêves», admet le notaire. Pour l’instant, Vincent Van Horn espère voir ses produits se tailler une place parmi ceux des distillateurs renommés du Québec.

En vertu d’une récente modification à la législation québécoise, les produits de la distillerie pourront, dès que les instigateurs auront le feu vert en ce sens, être vendus sur place (168, rue Saint-Jacques). Les personnes intéressées à en savoir plus peuvent consulter la page Facebook Distillerie de la Chaufferie.

Partager cet article