Paradis et Poissant rencontrent l’UPA de Brome-Missisquoi

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Paradis et Poissant rencontrent l’UPA de Brome-Missisquoi

AGRICULTURE. Les producteurs agricoles sont inquiets au sujet des accords de libre-échange et ont pris soin de le rappeler au député fédéral Denis Paradis et au secrétaire parlementaire d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, Jean-Claude Poissant, récemment, lors de leur passage à Bedford.

Le député libéral de Brome-Missisquoi a parlé d’«échanges polis» et de «discussions franches» entre les représentants du gouvernement Trudeau et les porte-parole de l’Union des producteurs agricoles (UPA).

«Les agriculteurs ont exprimé leur désarroi et leur inquiétude au sujet du nouvel Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC)», résume le vétéran politicien.

M. Paradis a d’abord pris soin de leur rappeler que les producteurs laitiers du Québec et du reste du Canada peuvent compter sur le soutien des députés ruraux «qui ne manquent pas une occasion de véhiculer leur message» auprès des instances gouvernementales.

Ce dernier a également rappelé à ses interlocuteurs que le gouvernement fédéral entend mettre sur pied deux tables de travail, réunissant des représentants du monde agricole et de la Chambre des communes, afin d’élaborer un programme de soutien à l’industrie laitière visant à compenser les pertes de revenus anticipées en lien avec l’ouverture du marché québécois aux produits américains.

«Le gouvernement est prêt et attend de connaître l’identité des représentants de l’UPA. Il s’agira dans un premier temps de calculer l’impact des parts de marché concédées aux Américains, puis de trouver des mesures compensatoires pour les fermes laitières. Les solutions vont venir des producteurs…», indique-t-il.

Subventions

Le député Paradis et le secrétaire parlementaire Poissant ont profité de leur tournée dans Brome-Missisquoi pour annoncer l’octroi de 590 000 $ à cinq autres producteurs québécois dans le cadre du Programme d’investissement pour fermes laitières, doté d’une enveloppe de 250 M$ sur cinq ans.

Ce programme, lancé en août 2017, vise à soutenir la productivité et la compétitivité des exploitations laitières de manière à leur permettre de s’adapter aux effets prévisibles de l’Accord économique et commercial global Canada-Union européenne.

«En date du 5 octobre dernier, plus de 870 producteurs laitiers du Québec avaient reçu une aide maximale de 49 M$ dans le cadre de ce programme», précise-t-il.

Partager cet article