Les agriculteurs fiers de nourrir la population de Brome-Missisquoi

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Les agriculteurs fiers de nourrir la population de Brome-Missisquoi
Le producteur Jean Asnong, de Pike River, participe à la campagne de valorisation de l’agriculture dans Brome-Missisquoi. (Photo : L’Avenir & Des Rivières – Claude Hébert)

ALIMENTATION. Le Syndicat de l’UPA de Brome-Missisquoi lance une nouvelle campagne de valorisation de l’agriculture avec le soutien du  Centre local de développement (CLD).

«Ce petit clin d’œil à la population vise à rappeler aux consommateurs de proximité que des agricultrices et agriculteurs s’activent tous les jours afin de produire des aliments de qualité», indique le porte-parole de l’UPA de Brome-Missisquoi, Daniel Meunier.

Une dizaine de producteurs agricoles d’ici ont accepté de participer à la campagne promotionnelle en installant des affiches sur leur terre aux abords des sentiers de motoneige. Des autocollants seront par ailleurs accolés sur la machinerie agricole. Les agriculteurs qui désirent joindre le mouvement sont invités à communiquer avec Jérémie Mercier, conseiller syndical à la Fédération de l’UPA de la Montérérie, au 450-774-9154.

Les instigateurs du projet entendent également développer et diffuser des affiches informatives sur l’importance de l’agriculture dans les principaux sites agrotouristiques de la région.

«L’agriculture occupe une place de premier plan dans l’économie de Brome-Missisquoi avec 80 % du territoire, 750 fermes, 1100 entreprises agroalimentaires, huit marchés publics, une quarantaine d’entreprises agrotouristiques et une centaine de kiosques à la ferme», signale le directeur général du CLD, Robert Desmarais.

Ce dernier rappelle que les agriculteurs ont su s’adapter aux besoins des consommateurs en diversifiant leurs productions et en développant davantage de produits sains pour la santé. Ils ont également pris un virage pour protéger les cours d’eau, améliorer leurs pratiques aux champs et diminuer l’utilisation de pesticides et de fertilisants.

«Même s’il y a eu des dérapages dans l’opinion publique, les problèmes de cohabitation des agriculteurs et des citadins sont pour ainsi dire chose du passé. Toute la région sortira gagnante avec le développement d’une agriculture durable en harmonie avec la communauté.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Chantal d'Auteuil Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Chantal d'Auteuil
Invité
Chantal d'Auteuil

Très bonne idée, continuez à bien protéger les cours d’eau !