Le frère Roch Bourbonnais se souvient de l’ouverture de l’école JJB

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Le frère Roch Bourbonnais se souvient de l’ouverture de l’école JJB
Le frère Roch Bourbonnais a 90 ans et réside à la maison-mère des Frères de l’Instruction Chrétienne depuis 1979, soit depuis son départ de Farnham. (Photo : Gracieuseté)

ÉDUCATION. L’école secondaire Jean-Jacques-Bertrand (JJB), qui célèbre ses 50 ans d’existence, a été la toute première polyvalente construite sur le territoire de la défunte Commission scolaire régionale Honoré-Mercier et l’une des premières au Québec.

La polyvalente a ouvert ses portes en septembre 1969 sous la direction du frère Roch Bourbonnais et de ses deux adjoints, Anicet Tessier et frère Jacques Beaulieu.

L’établissement a emprunté le nom du premier ministre de l’époque, Jean-Jacques-Bertrand, qui complétait le mandat de l’ancien chef de l’Union nationale, Daniel Johnson, décédé un an plus tôt.

«Au moment de son ouverture, l’école JJB accueillait 1200 étudiants et 140 professeurs. La plupart des enseignants étaient des laïcs, mais le corps professoral comptait également sept religieuses de la Présentation-de-Marie et douze frères de l’Instruction Chrétienne», précise frère Bourbonnais, que <@Ri>L’Avenir & Des Rivières<@$p> a joint par téléphone à La Prairie, où se trouve la maison-mère de sa communauté religieuse.

Le premier directeur de JJB se souvient que les travaux avaient été complétés juste à temps pour le début de l’année scolaire.

«Les locaux de classe, le gymnase, la cafétéria et l’auditorium, tout était prêt pour recevoir les premiers étudiants», indique-t-il.

Frère Bourbonnais avait été directeur du collège Saint-Romuald pendant quatre ans. Cet établissement dispensait le cours secondaire à Farnham avant l’implantation de l’école JJB.

Au moment du départ du premier directeur de JJB, en 1979, le parc municipal situé en face de l’école a été renommé en son honneur.

«À 90 ans, je suis le seul survivant des Frères de l’Instruction Chrétienne (FIC) ayant enseigné à Farnham», ajoute le principal intéressé qui a été pendant trois ans le directeur de l’école secondaire Jean de La Mennais (un établissement de 2500 élèves situé à La Prairie) avant d’agir comme supérieur provincial des FIC pendant douze ans.

Plus de 3000 gradués

À ses débuts, l’école JJB était connue sous le nom de polyvalente JJB, car elle dispensait à la fois de la formation professionnelle et de la formation générale. Ses classes-ateliers permettaient aux étudiants de s’initier à des métiers comme l’électricité, la menuiserie, la mécanique ajustage et la mécanique automobile.

Avec la disparition des ateliers de formation professionnelle, dans les années 1980, le terme polyvalente a été remplacé par celui d’école secondaire.

Il est également intéressant de savoir que l’école JJB a été la toute première de la région l’une des premières au Québec à mettre en place un programme d’éducation internationale (PEI) de niveau secondaire.

Au fil des ans, l’école JJB s’est également démarquée sur la scène du football scolaire alors que son équipe juvénile, les Astérix, a remporté le Bol d’or à sept reprises, en plus de prendre part à deux finales provinciales.

Pas moins de 3 000 étudiants ont terminé leur formation dans cette école depuis 1969-1970, à raison de deux à quatre groupes de gradués par année scolaire. En incluant tous ceux et celles qui ont fréquenté l’établissement sans y obtenir leur diplôme, le décompte s’élèverait à plus de 5000 étudiants.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des