Projet IMPACT: quand le dernier verre de trop est lourd de conséquences

Photo de Eric Patenaude
Par Eric Patenaude
Projet IMPACT: quand le dernier verre de trop est lourd de conséquences
Des acteurs, policiers, pompiers, paramédics et autres intervenants participeront à cette simulation des plus réelles. L'objectif? Présenter les effets néfastes de la conduite avec les facultés affaiblies auprès de la clientèle adolescente. (Photo : GranbyExpress-archives)

SÉCURITÉ ROUTIÈRE. Une voiture bondée d’adolescents, un conducteur ivre, une perte de contrôle fatale, des blessés, un décès et des démêlés judiciaires. Ce tragique scénario sera présenté aux 3000 élèves de quatrième et cinquième secondaire des écoles de Brome-Missisquoi et de la Haute-Yamaska lors de la 10e édition du projet IMPACT, le 14 mai prochain, à Farnham.

Pour l’occasion, l’aréna Madeleine-Auclair changera de vocation et deviendra une importante scène d’accident élaboré par les services d’urgence des deux MRC. Des acteurs, policiers, pompiers, paramédics et autres intervenants participeront à cette simulation des plus réelles. L’objectif? Présenter les effets néfastes de la conduite avec les facultés affaiblies auprès de la clientèle adolescente.

Michel Ouellette, capitaine à la prévention au Service de sécurité incendie de Cowansville. Photo: GranbyExpress-Éric Patenaude

«On ne veut pas que nos jeunes partent trop tôt. On ne veut pas que l’alcool et les drogues viennent influencer les conduites et que ça soit fatal», a mentionné Éric Archambault, animateur de vie spirituelle et engagement communautaire à l’école secondaire J.-H.-Leclerc.

D’ailleurs, pour marquer un grand coup, le comité organisateur a tenu son point de presse dans un salon funéraire pour dévoiler les détails du projet IMPACT 2019.

Comme par les années passées, les jeunes seront plongés au cœur d’une intervention impliquant des services d’urgence à la suite d’un accident de la route causé par la consommation d’alcool ou de drogue. Cris, douleurs, blessés graves, bruits de sirène, arrestation d’un conducteur, test d’ivressomètre, et des témoignages. La fiction préparée depuis plus de 12 mois promet encore une fois de frapper l’imaginaire du jeune auditoire.

«Le projet IMPACT, on joue beaucoup dans les émotions. C’est la façon d’aller chercher nos enfants. Les jeunes de quatrième et cinquième secondaire comprennent lorsque c’est réaliste et quand on va les chercher par les émotions. Ça doit rester gravé dans leur mémoire», a affirmé Michel Ouellette, capitaine à la prévention au Service de sécurité incendie de Cowansville.

Pour cette 10e simulation (présentée tous les deux ans), un montant de 22 000 $ a été consacré à l’orchestration de l’activité de sensibilisation. «Les gens vont être proches de l’action et vont se sentir dans l’action. Et ils auront l’occasion de voir les conséquences légales, l’intervention des policiers, des pompiers et des paramédics (…)», a indiqué M. Ouellette.

S’en rappeler pour toujours

L’alcool et les drogues combinés à la conduite automobile représentent un grand danger sur les routes. Seulement, en Montérégie, entre 2012 et 2016, 49 % des conducteurs décédés avaient consommé des boissons alcoolisées, selon la Société d’assurance automobile du Québec. Pour la même période, 36 % des automobilistes qui ont péri au volant avaient usé de stupéfiants ou de médicaments.

«Heureusement, sur le territoire de Brome-Missisquoi et de la Haute-Yamaska, durant le mois de bals et des après-bals de finissants, on n’a pas eu d’accidents tragiques. On n’ose croire que notre participation vaut pour quelque chose», a exprimé la porte-parole du Service de police de Granby, Caroline Garand.

À cette simulation s’ajoute tout le volet éducatif du projet IMPACT où les jeunes ont été appelés à aborder la question de la conduite avec les facultés affaiblies à l’école. «IMPACT, c’est un gros show. On veut fournir des émotions aux jeunes. Par contre, il y a des activités avant et après IMPACT parce qu’on veut que les jeunes s’en souviennent. Quand on veut laisser une trace, il faut en parler souvent», a rappelé l’agente Garand.

D’ailleurs, à l’issue des deux représentations de 10h et de 12h45, les adolescents recevront une auto-miniature munie une sangle avec le slogan «Ils tiennent à toi» en guise de souvenir à leur participation au projet IMPACT 2019.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des