Centre de la nature: Farnham obtient le feu vert du ministère de l’Environnement

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Centre de la nature: Farnham obtient le feu vert du ministère de l’Environnement
La Ville de Farnham prévoit aménager une passerelle et ériger un nouvel observatoire au centre de la nature tout en élargissant les sentiers existants. (Photo : L’Avenir & Des Rivières – Claude Hébert)

MUICIPAL. La Ville de Farnham a obtenu, la semaine dernière, le certificat d’autorisation du ministère de l’Environnement permettant la réalisation du projet de mise à niveau du centre de la nature sans porter atteinte aux marais et marécages qui s’y trouvent.

«On va enfin pouvoir polir ce joyau afin de le rendre plus attrayant et plus fonctionnel», indique le maire Patrick Melchior.

La Municipalité entend ériger à ses frais, en vertu d’un règlement d’emprunt de 513 000 $, un trottoir en bois, une passerelle sur pieux et un nouvel observatoire surélevé tout en élargissant les sentiers existants.

«On prévoit aller en appel d’offres au cours des prochaines semaines de manière à ce que tout soit terminé à l’automne. Une partie des travaux relèvera du service municipal des travaux publics», signale M. Melchior.

Une rencontre de chantier est prévue pour cette semaine.

Subventions pour les routes collectrices

La Ville de Farnham bénéficiera de subventions gouvernementales totalisant 2,5 M$, dans le cadre du Programme d’aide à la voirie locale, pour la réfection de cinq voies publiques situées aux limites de son territoire. Il s’agit plus précisément des chemins Yamaska, Magenta, Boulais, du boulevard Magenta et de la Montée des Écossais.

«Il s’agit de travaux d’envergure, nécessitant des investissements de 3,2 M$, qu’une administration municipale pourrait difficilement réaliser à ses frais sans imposer une taxe spéciale», précise le maire.

Une somme de 1,3 M$ sera affectée aux travaux de réfection routiers et une autre de 1,3 M$ à la réfection des ponceaux de ces routes collectrices. La différence servira à payer les honoraires professionnels de plans et devis, de laboratoire et d’analyses ainsi qu’au financement temporaire du projet.

Le ministère des Transport absorbera 78 % de la facture alors que Farnham paiera la différence.

«La Municipalité dispose d’une année complète pour compléter les travaux. Le lancement de l’appel d’offres aura lieu incessamment», ajoute M. Melchior.

Jardin collectif et communautaire

Le jardin collectif et communautaire de Farnham remplit ses promesses. Dix des douze espaces disponibles ont déjà trouvé preneur et la responsable du dossier, Maëva Lucas, est en attente d’une confirmation pour un onzième lot.

«Le site permettra d’accommoder huit ménages pour une vingtaine d’usagers. Trois de ces ménages étaient déjà avec nous l’année dernière, lors de la toute première saison», précise-t-elle.

Le jardin a été clôturé, en mai dernier, afin d’en limiter l’accès aux personnes autorisées. Les usagers peuvent y accéder en échange d’un dépôt de 25 $ pour une clé leur permettant d’entrer sur le site et d’avoir accès à un boyau d’arrosage.

Parc à chiens: limite d’âge?

L’organisme Espace museaux et l’administration municipale se questionnent sur la pertinence d’imposer un âge minimum pour l’utilisation du parc à chiens de la rue Principale.

«Les enfants accompagnés d’un adulte sont admis en tout temps, mais on se demande s’il n’y aurait pas lieu d’interdire l’accès aux enfants de moins de 14 ans se présentant seul sur le site avec un chien. Il s’agit avant tout de garantir la sécurité de la clientèle», explique le directeur général de la Municipalité, Yves Deslongchamps.

Édifices publics: travaux

La Ville de Farnham a accordé un contrat de 72 842 $ à l’entreprise Avantage Sport pour le remplacement du revêtement de sol de caoutchouc à l’aréna Madeleine-Auclair.

La Municipalité entend par ailleurs réaménager le hall d’entrée de l’hôtel de ville. Le projet consiste à remplacer le comptoir de la préposée à l’accueil et à repeindre les murs de la salle d’attente.

Selon M. Deslongchamps, il s’agit là de travaux mineurs, dont le coût ne devrait pas excéder 10 000 $.

Valeur foncière de 1 G$

Après les municipalités de Lac-Brome, Bromont, Cowansville et Sutton, c’est maintenant au tour de Farnham de pouvoir compter sur un rôle d’évaluation foncière supérieur à un milliard de dollars.

«Il s’agit d’un seuil historique et d’une preuve de la croissance constante de la Ville au cours des dernières années», affirme le maire Melchior.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des