Val-des-Cerfs: baisse de taxes scolaires de 70 $ pour une propriété de 275 000 $

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Val-des-Cerfs: baisse de taxes scolaires de 70 $ pour une propriété de 275 000 $
Le président et le directeur général de Val-des-Cerfs, Paul Sarrazin et Éric Racine. (Photo : L'Avenir & Des Rivières - Claude Hébert)

ÉDUCATION. Les contribuables du territoire de Val-des-Cerfs auront droit à une baisse de taxes scolaires en 2019-2020. La Commission scolaire sera compensée par Québec pour ce manque à gagner.

«Les taxes nous permettaient d’aller chercher 45 M$ bon an mal an alors qu’elles ne nous rapporteront plus que 21 M$. Le gouvernement du Québec comblera l’écart, ce qui nous permettra de poursuivre notre mission comme à l’accoutumée», indique le président de Val-des-Cerfs, Paul Sarrazin.

Ce dernier prend soin d’ajouter que «le gouvernement n’imprime pas d’argent» et que ce sont les Québécois qui vont payer en bout de ligne à même leurs impôts.

Pour le propriétaire d’une résidence de 275 000 $, la baisse de taxes scolaires de 15,79 % se traduira par une économie de 70,40 $. Pour chaque tranche de 100 000 $ excédant du 275 000 $, l’économie atteindra 28,16 $.

Hausse des dépenses

Le nouveau budget, adopté mardi dernier par le conseil des commissaires, s’élève à 213 M$, en hausse de 13 M$.

L’indexation au coût de la vie (2 % ou 4 M$), les mesures de soutien à la réussite éducative, les nouveaux services aux enfants en difficulté, l’ajout de techniciens en éducation spécialisée et les deux nouvelles sorties culturelles imposées par Québec sont responsables en bonne partie de cette augmentation.

«On se réjouit que les bottines suivent les babines et que le gouvernement nous offre une compensation pour ces nouveaux services. Les fonds additionnels sont au rendez-vous et ce sont les élèves qui vont en bénéficier. Ça nous permettra de faire davantage de prévention auprès des clientèles vulnérables et de résoudre certains problèmes à la source au lieu de les laisser prendre de l’ampleur», précise le président du conseil des commissaires.

La CSVDC s’attend à pouvoir recruter tous les psychologues et autres professionnels requis malgré la pénurie de main-d’œuvre qui sévit au Québec.

Nouveaux locaux

Val-des-Cerfs prévoit accueillir 600 nouveaux élèves de niveau primaire et secondaire en 2019-2020.

«La hausse de la clientèle sera particulièrement marquée du côté de Granby, Bromont, Cowansville et Farnham», signale M. Sarrazin.

Selon le président de la CSVDC, l’organisation aurait besoin de cinq nouvelles écoles primaires pour suffire à la demande.

«On comptait beaucoup sur le Lab-École de Shefford, mais son ouverture a été reportée à 2022-2023 et peut-être même à l’année scolaire suivante. Ça ne répond pas à nos besoins immédiats. On n’en est actuellement qu’au processus d’appel d’offres pour les professionnels», ajoute-t-il.

Pour pallier à la rareté de locaux, la Commission scolaire procédera notamment à l’installation de quatre unités modulaires au pavillon Saint-Marc de l’école primaire L’Étincelle (Granby) durant la période estivale. Ces installations seront fonctionnelles dès la rentrée automnale.

À Cowansville, l’ancienne école primaire Larocque accueillera la nouvelle maternelle quatre ans (Val-des-Cerfs en comptera désormais six) et les classes du préscolaire régulier des autres établissements locaux.

«Ca va libérer les écoles Saint-Léon et Sainte-Thérèse et permettre à ces établissements de mieux respecter le ratio maîtres-élèves», explique M. Sarrazin.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des