Des conditions propices à la multiplication des algues bleu-vert à la baie Missisquoi

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Des conditions propices à la multiplication des algues bleu-vert à la baie Missisquoi
La chaleur et l’ensoleillement sont des conditions propices à la prolifération des algues bleu-vert en eaux peu profondes. (Photo : gracieuseté – Marie-Hélène Guillemin Batchelor)

ENVIRONNEMENT. Le président de l’Organisme de bassin versant de la baie Missisquoi (OBVBM), Pierre Leduc, admet que l’apparition des cyanobactéries est relativement hâtive cette année.

«Avec la chaleur et l’ensoleillement des derniers jours, toutes les conditions sont réunies pour la prolifération des algues bleu-vert. Et il n’y a pas de raison de croire que ça va disparaître», indique-t-il.

Ce dernier dit avoir aperçu des cyanobactéries entre la marina et le quai municipal de Venise-en-Québec sur une distance d’un kilomètre et demi.

«Les vents légers de l’ouest poussent les cyanobactéries vers les berges de Philipsburg et les vents dominants du sud vers Venise. Les algues se tiennent dans certains secteurs – notamment dans les eaux peu profondes – mais elles peuvent également apparaître ailleurs», explique-t-il.

Selon le président de l’OBVBM, les cyanobactéries sont visibles quand elles sont présentes en grande quantité.

«Les algues bleu-vert présentent des risques pour la santé humaine. Les baigneurs et les adeptes du kitesurf doivent éviter d’avaler de l’eau et bien se laver après avoir été en contact avec l’eau», prend-il soin de rappeler.

M. Leduc ajoute que les chiens sont encore plus à risque que les humains, car ils ont l’habitude d’avaler beaucoup d’eau lors d’une baignade et de se lécher le poil au sortir de l’eau.

«Deux chiens sont décédés au Vermont récemment à la suite de leur exposition aux cyanobactéries. Ces cas de mortalité n’ont cependant pas été relevés au lac Champlain, mais ailleurs dans cet État. Il y a bien eu d’autres précédents ces dernières années, mais deux décès dans une seule et même période, c’est plutôt rare», poursuit-il.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des