Le budget de la MRC de Brome-Missisquoi en hausse de 7,2 %

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Le budget de la MRC de Brome-Missisquoi en hausse de 7,2 %
Robert Desmarais, directeur général de la MRC de Brome-Missisquoi. (Photo : L’Avenir & Des Rivières – Archives)

MUNICIPAL. La MRC de Brome-Missisquoi a adopté ses prévisions budgétaires pour 2020. Elle anticipe des dépenses de 12 270 788 $, en hausse de 828 504 $ ou de 7,2 % par rapport à ses projections pour l’année en cours.

La facture des écocentres devrait grimper de 789 000 à 1 139 500 $, en hausse de 350 500 $.

«Il faudra notamment aménager une guérite  et une nouvelle voie pour la circulation des camions à l’écocentre régional de Cowansville. Les frais d’opération du site augmenteront également de façon importante en raison d’une hausse substantielle des heures d’ouverture (six jours/semaine au lieu d’une journée/mois)», indique le directeur général de la MRC, Robert Desmarais.

Les fonds alloués à la protection de l’environnement passeront de 313 450 $ à 532 754 $, en hausse de 219 304 $ alors que les sommes dédiées à l’aménagement du territoire augmenteront de 897 897 $ à 1 244 624 $, en hausse de 346 727 $. «On entreprend un plan d’aménagement de trois ans pour les milieux humides », signale M. Desmarais.

Les coûts du transport collectif devraient grimper de 349 128 $ à 435 195 $ (écart de 86 067 $) et ceux du transport adapté de 781 891 $ à 809 426 $ (écart de 27 535 $).

Les sommes dédiées au développement économique passeront 1 713 383 $ à 1 779 755 $, en hausse de 66 372 $. «La MRC prévoit notamment verser 40 000 $ à l’Alliance du corridor ferroviaire Estrie-Montérégie», précise le DG.

En contrepartie, le budget lié à la stratégie d’attraction de main-d’œuvre et de jeunes familles sera revu à la baisse (diminution de 102 304 $). «On envisage malgré tout une campagne d’information encore plus agressive en 2020 pour attirer de nouvelles populations», révèle M. Desmarais.

Revenus

Pour acquitter ces dépenses, la MRC pourra notamment miser sur une augmentation de sa richesse foncière de 450 707 039 $ attribuable aux nouvelles constructions (223 183 800 $) et à l’augmentation de la valeur des propriétés existantes (227 523 239 $).

Le tiers de ses revenus, soit une somme de 4 395 722 $, proviendra des quotes-parts versées par les 21 municipalités de son territoire.

La hausse du taux global de taxation, qui passe de 4,03 $ à 4,20 $, lui procurera des revenus additionnels de 353 038 $. Si la contribution des municipalités augmente en moyenne 8,7 %, cinq d’entre elles écoperont d’une hausse encore plus marquée. Il s’agit de Cowansville (16,6 %), Farnham (12,4 %), Stanbridge East (10,8 %), Bromont (10 %) et Lac-Brome (9,4 %).

«Si on fait abstraction des écocentres, l’augmentation des quotes-parts n’est que de 1,3 % alors que le taux d’inflation au Québec(indice des prix à la consommation) a été de 1,78 % au cours des douze derniers mois et de 2,3 % au cours des six derniers mois», précise le directeur général, Robert Desmarais.

La MRC prévoit également aller chercher 1,2 M de revenus (160 000 $ de plus que l’année précédente) en vertu de la conclusion du nouveau pacte fiscal.

Les droits versés aux municipalités par les exploitants des carrières et sablières devraient passer de 1 259 900 $ à 1 560 000 $, en hausse de 23,8 %, en raison d’une augmentation des activités d’extraction et d’une majoration des redevances (de 0,59 $ à 0,60 la tonne métrique).

Les municipalités se partageront par ailleurs une subvention de 124 622 $ en vertu d’un nouveau programme mis sur pied par le ministère des Affaires municipales pour aider le milieu municipal à composer avec la légalisation du cannabis.

La MRC pourra aussi compter sur le surplus de 830 830 $ réalisé en 2019.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des