La grande première du film d’Yves Langlois sur Raôul Duguay sera diffusée sur le Web

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
La grande première du film d’Yves Langlois sur Raôul Duguay sera diffusée sur le Web
Le cinéaste Yves Langlois a suivi l’auteur-compositeur-interprète Raôul Duguay, dans sa vie de tous les jours, pendant une année entière. (Photo : gracieuseté – Daniel Miller)

ARTS. La grande première montréalaise du documentaire du cinéaste Yves Langlois sur l’artiste multidisciplinaire Raôul Duguay sera présentée ce vendredi dans le cadre du Festival international des films sur l’art (FIFA). La projection aura lieu sur Internet – et non au cinéma Impérial comme il avait d’abord été prévu – en raison de la pandémie du virus COVID-19. 

Le documentaire Raôul Duguay par-delà la Bittt à Tibi a été sélectionné parmi  quelque 700 demandes et fait partie des 23 films en compétition», signale le réalisateur.

Les projections de ce long-métrage de 80 minutes  prévues au cinéma Quartier latin de Montréal jeudi (26 mars) et au Musée national des Beaux-arts de Québec (vendredi 27 mars) sont reportées jusqu’à nouvel ordre à la suite de la fermeture des lieux de rassemblement publics ordonnée par le gouvernement du Québec.

Une version télé, de 52 minutes, sera par ailleurs diffusée l’an prochain à Radio-Canada.

Travail de moine

Le documentaire Raôul Duguay par-delà la Bittt à Tibi est le résultat d’un travail de longue haleine.

«On parle ici de 150 heures de tournage et de plusieurs mois de montage. Nous avons également pris soin de visionner 150 heures d’archives télévisuelles pour les besoins du film», résume le cinéaste.

La dernière œuvre d’Yves Langlois met notamment l’emphase sur la longue carrière du célèbre chanteur originaire de Val-d’Or et sur le processus de création de cet artiste multidisciplinaire.

Son auteur a suivi l’homme et l’artiste, dans sa vie de tous les jours, pendant une année entière. Les deux comparses se sont notamment rendus en Acadie, lieu de naissance des parents de Raôul Duguay, et au bord de la rivière Harricana, un cours d’eau auquel l’artiste fait référence dans La Bittt à Tibi.

«Pour ses 80 ans, Raôul a reçu de nombreux hommages de la part de la coalition Eau Secours et de certaines municipalités de l’Abitibi (où Duguay a vu le jour) et de la Gaspésie (où il a vécu). Nous avons ça sur pellicule», indique le réalisateur.

Il convient de rappeler que Langlois et Duguay sont des connaissances de longue date. Ces derniers se sont liés d’amitié, voilà plus de 28 ans, quand le premier a choisi de s’établir à Saint-Armand, où l’autre avait pris racine une vingtaine d’années plus tôt.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des