Farnham: les propriétaires d’abris d’auto obtiennent un sursis d’un mois

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Farnham: les propriétaires d’abris d’auto obtiennent un sursis d’un mois
Les Farnhamiens ont jusqu’au 15 mai pour retirer leur abri d'auto temporaire. (Photo : L'Avenir & Des Rivières - Archives)

MUNICIPAL. Compte tenu de la situation exceptionnelle qui prévaut actuellement, le conseil municipal a décidé d’accorder un délai supplémentaire d’un mois aux propriétaires d’abris d’auto pour le retrait de la toile et de la structure métallique de leur installation.

En vertu de cette permission spéciale, les Farnhamiens concernés auront donc jusqu’au 15 mai – et non jusqu’au 15 avril – pour démanteler leur abri temporaire.

Non aux épandages de pesticides

Les autorités municipales de Farnham souhaitent restreindre l’utilisation des pesticides sur leur territoire et demandent au personnel du service des travaux publics de ne plus utiliser ces produits à moins d’une situation exceptionnelle.

«Il s’agit d’une suite logique aux efforts déployés par la Municipalité pour assurer la protection de l’environnement et diminuer la production de gaz à effets de serre», rappelle le maire.

Soutien aux nouveaux commerces

Afin de stimuler l’économie locale et de revitaliser le centre-ville, le conseil municipal a décidé d’accorder une aide financière aux nouveaux établissements commerciaux en voie d’implantation.

Cette initiative aidera les commerçants concernés à défrayer une partie des coûts de location de leurs installations jusqu’à concurrence de 12 000 $. Les intéressés sont éligibles à une aide financière annuelle maximale de 4000 $ applicable pour une période de trois ans. L’entrée en vigueur du programme est prévue pour la mi-mai.

Personnel de l’hôtel de ville

Les élus municipaux ont tenu leur assemblée publique d’avril à huis clos. Le recours à une web-conférence a permis aux participants de garder leurs distances. La séance a été diffusée en direct sur YouTube.

Si certains employés de bureau font du télétravail, plusieurs directeurs de service et membres du personnel administratif travaillent toujours dans les locaux de l’hôtel de ville.

«Comme tout le monde a son propre bureau, il n’est pas difficile pour les employés de garder la distance de deux mètres recommandée par les autorités gouvernementales», précise M. Melchior.

Des employés cols-bleus s’occupent par ailleurs de l’entretien sanitaire du bâtiment.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires