Pike River: les travaux de prolongement de l’autoroute 35 lancés à l’été

Par Gilles Berube
Pike River: les travaux de prolongement de l’autoroute 35 lancés à l’été
Actuellement, l'autoroute s'arrête dans un champ, à proximité de la route 133, à Saint-Sébastien. (Photo : Le Canada Français – Julien Saguez)

INFRASTRUCTURES. Une nouvelle phase des travaux de prolongement de l’autoroute 35 doit être lancés au début de l’été.

À la fin de mars, le ministère des Transports a lancé l’appel d’offres pour la phase III-A de l’achèvement de l’autoroute. L’ouverture des soumissions s’est faite le 7 mai. Deux des six soumissions déposées proposent un prix sous l’évaluation du ministère et trois sont dans la fourchette.

Entrepris en 2009, le projet d’achever l’autoroute 35 jusqu’à la frontière américaine se déroule en quatre phases. Les deux premières sont réalisées. Elles ont porté sur les tronçons entre Iberville et Saint-Alexandre et entre Saint-Alexandre et la route 133, à Saint-Sébastien. De ces deux phases, il manque encore l’échangeur Saint-Alexandre.

La phase III se déroule en deux étapes, précise Karine Abdel, conseillère en communication au ministère des Transports. L’étape A doit commencer prochainement. Elle portera sur le tronçon entre la route 133, à Saint-Sébastien, et le chemin Molleur, à Pike River. Cette petite route sans issue longe le côté ouest de la rivière aux Brochets.

Viaduc

Ce tronçon fait un peu moins de quatre kilomètres. Ce contrat inclut la construction d’un pont d’étagement (viaduc) permettant à la route 202 de passer par-dessus l’autoroute. Cette section de la route 202 relie Venise-en-Québec à la route 133, à Pike River.

Actuellement, le ministère procède à l’analyse des soumissions, précise Mme Abdel. Dans son appel d’offres, le ministère des Transports a spécifié que le montant estimé du contrat se situe dans la fourchette de 35 à 40 millions de dollars. La soumission la plus basse est sous cette fourchette à 29,3 millions. L’offre a été faite par le consortium Coentreprise Bricon et Construction Longer, de Saint-Bruno-de-Montarville.

Couillard Construction, de Coaticook, demande 32,1 millions pour le même travail. Les autres soumissionnaires ont proposé des prix variant entre 36,5 et 46,3 millions.

Phase III-B

Le deuxième lot de la phase III sera accordé en 2021, précise Mme Abdel. Comme cette année, l’appel d’offres sera lancé au printemps dans le but d’attribuer le contrat avant l’été 2021. Ce contrat sera significativement plus substantiel bien que le ministère ne fournit aucune donnée à ce sujet.

Cette étape portera sur le tronçon entre le chemin Molleur et le carrefour de la route 133, du chemin Champlain et du chemin du Moulin, sur le territoire de Saint-Armand. C’est à cet endroit que l’autoroute rejoindre la section de la route 133 qui est déjà en configuration d’autoroute.

Ce contrat inclura la construction du pont au-dessus de la rivière aux Brochets, juste à la limite d’une réserve écologique. La portée du pont est relativement longue puisqu’il n’y aura pas de pilier dans le lit de la rivière. Le contrat comprendra aussi un carrefour giratoire à la jonction de l’autoroute avec la route 133 et des chemins du Moulin et Champlain, ainsi qu’un échangeur.

Il restera ensuite la phase IV, jusqu’à la frontière. Cependant, sur cette portion, la 133 est déjà en configuration d’autoroute avec quatre voies. Cette phase comprend la construction d’un échangeur au croisement du chemin de Saint-Armand et d’une voie de service du côté ouest de l’autoroute, à l’approche de la frontière américaine.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Jacques Beaugrand Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Jacques Beaugrand
Invité

Des travaux inutiles pour le moment étant donné le peu d’achalandage sur la partie de l’autoroute déjà existante.
La construction du projet va perturber les animaux et le milieu écologique à la tête de la réserve, ainsi que dans le sanctuaire d’oiseaux. Le bruit des véhicules va aussi perturber les animaux et riverains lorsque cette autoroute sera complétée. N’y a-t-il pas d’autres urgences au Québec que de compléter maintenant ce projet uniquement pour remplir un engagement face à nos voisins du Sud ?