Farnham: la première séance du conseil devant public ouvre la porte à la critique

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Farnham: la première séance du conseil devant public ouvre la porte à la critique
Les élus de Farnham ont tenu leur assemblée du 3 août devant public en prenant soin de respecter les mesures de distanciation physique édictées par le gouvernement du Québec. (Photo : Tirée de You Tube)

MUNICIPAL. La première assemblée publique du conseil municipal devant public a duré 1h40, soit une soixantaine de minutes de plus que les séances d’avril, mai, juin et juillet tenues sous forme de téléconférences en raison de la pandémie de coronavirus.

Si les différents items à l’ordre du jour ont été expédiés en 32 minutes, la traditionnelle période de questions a nécessité plus d’une heure et donné lieu à une dizaine d’interventions de la part des 19 citoyens autorisés à prendre place dans la salle des délibérations du conseil en vertu des critères de distanciation physique définis par le gouvernement du Québec.

Les citoyens ont questionné les élus à maintes reprises au sujet de la passerelle Pionniers, des travaux aux abords de l’usine de filtration et de divers terrains achetés par la Municipalité au fil des ans.

Certains d’entre eux ne se sont pas gênés pour critiquer les visions du conseil actuel et des administrations précédentes en matière de développement domiciliaire et de développement commercial. Des intervenants ont par ailleurs émis des commentaires très critiques au sujet de l’offre culturelle (privée et publique) et de l’intégration des nouvelles constructions aux vieux quartiers résidentiels. D’autres encore ont émis des doutes sur la pertinence de certains permis accordés par l’appareil municipal à des invididus ou à des promoteurs. «La Ville émet des permis sans penser plus loin que le bout de son nez», a lancé un citoyen, d’un ton exaspéré.

En réponse à ces questions et commentaires, le maire Patrick Melchior a tenu à rappeler que le conseil actuel avait une vision bien définie en matière de protection de l’environnement, de sauvegarde du couvert forestier et de services à la population. «Loin de moi l’idée de médire sur les agissements des administrations précédentes, mais il faut bien comprendre que le conseil actuel n’est en poste que depuis deux ans et demi. Les élus actuellement en fonction ne peuvent pas être tenus responsable des décisions prises par leurs prédécesseurs», a-t-il indiqué.

Tout le monde s’entend cependant pour dire que les interventions des citoyens, qu’elles soient positives ou plutôt négatives, auront permis de démontrer leur attachement à Farnham et leur intérêt pour les affaires municipales.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des