Une rentrée scolaire à l’enseigne du masque

Photo de Stéphane Lévesque | Initiative de journalisme local
Par Stéphane Lévesque | Initiative de journalisme local
Une rentrée scolaire à l’enseigne du masque
Le port du couvre-visage sera obligatoire dans les aires communes à partir de la cinquième année. (Photo : Deposit Photos)

COVID-19. La très attendue conférence de presse du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, sur le plan de la rentrée scolaire 2020-2021, a permis d’apprendre l’obligation pour tous les élèves de 10 ans et plus de porter le masque lors du transport scolaire et tous les lieux publics intérieurs ou extérieurs où la distanciation physique de 2 mètres n’est pas possible. Cette obligation qui s’ajoute au plan déposé en juin ne s’applique pas dans les classes.

«Notre plan déposé en juin était bien conçu et il a permis aux acteurs du réseau de se préparer adéquatement pour la rentrée. Avec les précisions apportées aujourd’hui, toutes les écoles seront bientôt prêtes pour accueillir nos élèves et le personnel scolaire, et ce, dans les environnements les plus sécuritaires qui soient. Nos enfants et notre santé, c’est ce que nous avons de plus précieux. Notre gouvernement n’a pas l’intention de faire de compromis sur ces questions», déclare le ministre de l’Éducation.

Ainsi, le port du couvre-visage sera obligatoire pour tous les élèves à partir de la 5e année du primaire, incluant ceux du secondaire, de la formation professionnelle et de la formation générale aux adultes ainsi que pour l’ensemble des membres du personnel scolaire lors de leurs déplacements à l’intérieur de l’école et dans les transports scolaires ou publics. Le couvre-visage ne sera toutefois pas obligatoire à l’intérieur de la salle de classe, ni dans une salle utilisée à des fins de restauration pendant la consommation de nourriture ou de boissons. Bien qu’il soit recommandé, le port du couvre-visage ne sera pas obligatoire pour les élèves du préscolaire et des deux premiers cycles du primaire.

Quant aux visiteurs, ils devront porter un couvre-visage en permanence, sauf lorsqu’ils sont assis dans une salle où sont présentés des arts de la scène, comme un auditorium par exemple, mais une distance de 1,5 mètre entre les personnes doit être maintenue en tout temps dans cet espace.

Également, au regard de la littérature scientifique récente, la Direction générale de santé publique ne requiert plus la division des classes en sous-groupes d’un maximum de six élèves initialement prévu. Le concept de bulle est ainsi élargi pour englober toute la classe, qui devra demeurer stable dans le but de minimiser toute transmission potentielle. Si les élèves d’un même groupe-classe n’auront pas à observer une distanciation physique entre eux, la distanciation de 2 mètres entre les élèves et les membres du personnel est quant à elle maintenue. Elle est maintenue autant que possible, mais pas prescrite au préscolaire. Au préscolaire et au primaire, la distanciation de 1 mètre entre les élèves de différentes classes qui circulent dans les aires communes, incluant les corridors, est également maintenue.

Conformément au plan de match dévoilé en juin dernier, tous les élèves feront leur retour en classe l’automne prochain, à l’exception de ceux présentant une condition médicale particulière, pour lesquels un enseignement à distance sera offert par les centres de services scolaires. Dans un souci de rassurer les parents, les élèves ayant un proche présentant une condition médicale particulière pourront également être admissibles à cette offre de service.

De plus, dans le but de garantir une qualité de service dans l’enseignement à distance pour tous les élèves advenant une deuxième vague ou des fermetures de classes ponctuelles, des seuils minimums de services ont été instaurés. Ceux-ci assureront l’équité entre les services éducatifs de cours à distance, en plus de jeter les bases sur les travaux à fournir aux élèves et d’assurer une disponibilité des enseignants et des professionnels pour répondre aux différents besoins particuliers des élèves. Le plancher du nombre d’heures de cours offerts à distance varie selon le niveau scolaire.

Pour permettre de réagir rapidement en cas d’éclosion, une mise à jour du Guide pour la gestion des cas et des contacts de COVID-19 en milieu scolaire de l’INSPQ sera transmise aux organisations scolaires le 17 août prochain. Ce guide inclut entre autres une marche à suivre claire visant à informer les parents sur les principales actions qui seront mises en œuvre si un élève présente des symptômes, si un élève obtient un test positif à un test de COVID-19, ou si plusieurs cas sont détectés au sein d’une même classe ou de plusieurs classes.

Dans tous les cas, les parents de l’école en question seront avisés de la situation en cas d’éclosion et des mesures déployées dans les meilleurs délais par leur centre de services scolaire indique-t-on.

En complément des consignes sanitaires qui doivent orienter les actions des établissements scolaires, les centres de services scolaires sont actuellement à finaliser leurs protocoles d’urgence, ce qui leur permettra d’offrir rapidement un enseignement à distance de qualité et obligatoire en cas de fermeture partielle ou totale d’établissements scolaires.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des