Brome-Missisquoi : environnement, emploi et transport ferroviaire au menu d’un débat

Par Dany Jacques
Brome-Missisquoi : environnement, emploi et transport ferroviaire au menu d’un débat
Vincent Duhamel (Parti conservateur), Pascale St-Onge (Parti libéral) et Marilou Alarie (Bloc québécois) ont tous les trois répondu avec brio aux questions posées lors de l’unique débat électoral tenu dans la circonscription de Brome-Missisquoi. (Photo : Le Reflet du Lac - Dany Jacques)

ÉLECTIONS. Trois des dix candidats en lice à l’élection fédérale dans Brome-Missisquoi ont participé à un débat à Eastman, mercredi.

Vincent Duhamel (Parti conservateur), Pascale St-Onge (Parti libéral) et Marilou Alarie (Bloc québécois) ont notamment abordé le rôle du député, les changements climatiques, le renouvellement de la main d’œuvre, Internet haute vitesse, le train et le transport collectif.

Les autres candidats étaient absents, à l’exception d’Alexis Stogowski (Parti populaire du Canada) et de Lawrence Cotton (Parti de la coalition des anciens combattants du Canada), qui ont passé une bonne partie de la soirée à l’extérieur de la salle sans pouvoir y entrer.

Presque d’entrée de jeu, l’environnement a retenu l’attention, plus particulièrement sur la lutte et l’adaptation aux changements climatiques. On demandait aussi aux candidats comment cette transition peut-elle devenir le moteur de notre économie.

M. Duhamel mise sur des actions concrètes pour atteindre des cibles précises, contrairement «aux six ans des libéraux où les gaz à effet de serre ont augmenté». «C’est sous le gouvernement conservateur Harper que les GES avaient connu la dernière réduction», a-t-il lancé.

Mme Alarie rappelle l’urgence d’agir, prônant l’action à la réaction. Elle propose une série de mesures énumérées par le Bloc, comme le financement d’actions écoresponsables et une politique d’écofiscalité.

Mme Saint-Onge a répliqué en disant que ce sont les conservateurs qui ont déchiré le Protocole de Kyoto en 2011 sous le gouvernement Harper. «Les experts placent plutôt les libéraux en meilleure position pour diminuer les GES», a-t-elle spécifié.

La candidate libérale a aussi ciblé quelques engagements de son parti, comme la taxation sur les pollueurs, la fin des subventions pétrolières en 2023, l’augmentation des aires protégées de 15% à 30%, la carboneutralité pour 2050 et les incitatifs pour bonifier l’électrification des transports.

Mme Alarie a profité de cette précédente intervention pour rappeler que ce sont les libéraux qui «ont fait beaucoup de promesses environnementales avant d’acheter un pipeline».

La sécurité ferroviaire et l’arrivée d’un train de passagers entre Lac-Mégantic et Montréal ont aussi retenu l’attention. Les trois candidats s’entendent pour stimuler ce transport durable, mais qui nécessite de coûteux travaux de restauration sur les rails.

Les échanges ont été peu enflammés. Les candidats ont été très courtois et respectueux, n’attaquant que des éléments des plateformes électorales des partis adverses. Les trois aspirants au poste de député de Brome-Missisquoi ont été très solides dans leurs propos. Ils connaissaient très bien le programme de leur formation politique.

Les trois candidats ont également été solides dans leurs réponses aux questions du public, qui portaient notamment sur l’emploi, le transport collectif dans la région et la pénurie d’eau.

Organisé par le groupe Imaginons Eastman, cet exercice démocratique s’est déroulé devant une cinquantaine de personnes rassemblées dans la salle du Club La Missisquoise, à Eastman.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires