Dix organismes communautaires manifestent devant les bureaux d’Isabelle Charest

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Dix organismes communautaires manifestent devant les bureaux d’Isabelle Charest
Une trentaine de personnes se sont réunis devant les bureaux de la députée provinciale, hier, à Cowansville. (Photo : Gracieuseté)

REVENDICATIONS. Une trentaine de personnes, venant d’une dizaine d’organismes communautaires de Brome-Missisquoi, se sont réunis devant les bureaux d’Isabelle Charest, lundi, dans le cadre de la campagne Engagez-vous pour le communautaire.

Les manifestants ont bravé la pluie pour se porter à la défense des valeurs du communautaire. Deux représentantes du milieu ont par ailleurs rencontré la députée provinciale pour lui remettre en main propre les trois revendications de la campagne.

«Au Québec, on note une tendance à financer les groupes via des ententes de services. Ce type de financement vient avec beaucoup de conditions. Ce mode de financement ne permet pas non plus d’assurer la stabilité financière, puisqu’on ne peut que prévoir des projets pour un ou deux ans. Cela devient difficile d’embaucher dans ces conditions», indique Nicolas Gauthier, directeur général de la Corporation de développement communautaire (CDC) de Brome-Missisquoi.

Ce dernier fait également valoir que l’absence ou l’insuffisance d’indexation du financement à la mission appauvrit les groupes davantage chaque année, puisqu’ils ne peuvent pas assumer la hausse de leurs dépenses (loyer, électricité, charges sociales comme employeur, etc.).

«Les organismes communautaires ont besoin de 460 millions supplémentaires par année pour pouvoir accomplir pleinement leurs missions», précise M. Gauthier.

Les manifestants soutiennent par ailleurs que plusieurs ministères ne respectent pas la Politique de reconnaissance de l’action communautaire adoptée en 2001.  Cette dernière stipule que les organismes ne sont pas des sous-traitant de l’État, mais des organisations autonomes et libres de déterminer leur mission, leurs approches et leurs activités.

Les représentants des organismes s’entendent également pour dire que les gouvernements ont laissé les conditions sociales se détériorer dans leur recherche du déficit zéro.

«La justice sociale, c’est d’assurer l’égalité des chances et de permettre à tous et chacun d’avoir accès à des opportunités», explique le DG de la Corpo.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires