Élections à Bedford: trois candidats, une même vision de la politique municipale

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Élections à Bedford: trois candidats, une même vision de la politique municipale
La nouvelle conseillère municipale Marie-Josée Lamothe dit partager les mêmes idées et les mêmes valeurs que les candidats Kevin Craft (à gauche) et Yves Gnocchini. (Photo : Gracieuseté)

POLITIQUE. Trois nouveaux venus partageant une même vision de la politique ont décidé de tenter leur chance aux élections municipales de Bedford.

La candidate au siège 4, Marie-Josée Lamothe, a été déclarée élue, la semaine dernière, lorsque son adversaire François Renaud a retiré sa candidature.

Le sort des deux autres membres du trio, Kevin Craft (candidat au siège 3) et Yves Gnocchini (candidat au siège 5), sera déterminé lors du scrutin du 7 novembre prochain.

«Nous ne formons pas une équipe électorale, car nous estimons être capables de travailler avec tous les autres élus. Nous avons cependant la même lecture de notre milieu et nous avons beaucoup de choses en commun», affirme Mme Lamothe.

Marie-Josée Lamothe

Marie-Josée Lamothe a 48 ans et est originaire de Bedford.

Cette dernière a fait carrière chez Pétroles Dupont pendant deux décennies, puis œuvré cinq ans avec l’organisme Le Renfort à titre de directrice générale. Elle a par ailleurs travaillé neuf mois comme DG à la Municipalité de Saint-Ignace-de-Stanbridge avant de devenir, en mars dernier, conseillère en développement économique au CLD de Brome-Missisquoi.

Mme Lamothe est également connue de ses concitoyens pour avoir œuvré pendant 13 ans comme présidente du Regroupement des gens d’Affaires de Bedford et région, et deux ans comme présidente de la Corporation de développement de Bedford et région.

La candidate se dit interpellée par le projet de revitalisation du pôle géographique de Bedford et est prêtes à collaborer à cet ambitieux projet. «Bedford est sur une belle lancée. Il faut prendre les moyens pour que ça continue», indique-t-elle.

La nouvelle élue est par ailleurs favorable à un développement urbain «intelligent, sécuritaire, accessible».

Mme Lamothe estime également qu’une municipalité doit être proche des entreprises et contribuer à leur essor en leur offrant les meilleures conditions possibles.

«L’offre commerciale de Bedford est très intéressante. Il faut consolider ce qu’on a et travailler sur l’achat local», affirme-t-elle.

La conseillère municipale perçoit le projet Héritage comme un véritable plus pour Bedford, mais ajoute que l’on doit s’assurer du suivi de chaque étape de sa réalisation. Elle ajoute que le projet de Graymont va contribuer à la réalisation d’un projet de développement domiciliaire de 30 portes.

Mme Lamothe reconnaît que le trafic lourd au centre-ville cause problème, mais estime qu’il n’y a pas de solution miracle. «Il s’agit d’une route provinciale numérotée et la Ville n’a pas les pleins pouvoirs pour agir», ajoute-t-elle.

Cette dernière est d’avis qu’une voie de contournement n’est pas la solution à ce problème. «Il existe sans doute d’autres solutions à mi-chemin. Il faut être créatif et ouvert à ce qui se fait ailleurs pour conserver le cachet du centre-ville et faire en sorte qu’il soit le moins bruyant possible», poursuit-elle.

Kevin Craft

Kevin Craft a 50 ans et réside à Bedford depuis 23 ans.

Le nouveau quinquagénaire a travaillé comme conseiller en sécurité financière au sein de l’entreprise familiale pendant une quinzaine d’années. Il est travailleur autonome associé au cabinet Diversico Finances humaines depuis 2013.

Ce dernier a notamment été secrétaire-trésorier du Regroupement des gens d’affaires de Bedford et région pendant dix ans. Il s’est par ailleurs impliqué dans plusieurs organisations locales ou régionales: CSSS La Pommeraie, Coopérative de santé de Bedford et Association des Townshippers. Il siège sur le comité consultatif de la Ville de Bedford depuis quatre ans et représente les gens d’affaires sur le comité de citoyens mis à contribution pour le projet du parc récréotouristique Héritage.

M. Craft considère que Bedford a un énorme potentiel et peut être considéré comme un «petit bijou» de ville». «Tous les morceaux sont là, on commence à les organiser», avance-t-il.

Le candidat perçoit par ailleurs les problèmes d’une ville comme autant d’opportunités à saisir. «Pour favoriser l’accès au logement ou le développement domiciliaire dans une municipalité, il ne faut pas hésiter à faire les choses différemment», explique-t-il.

M. Craft suit de près les avancées d’un projet-pilote de Toronto qui propose aux consommateurs du prêt à manger dans des contenants lavables et réutilisables offerts en consignation. Il considère que la formule est exportable et pourrait très bien être mise à l’essai à Bedford avec la collaboration des restaurateurs locaux offrant un service de take out.

Le conseiller en sécurité financière est également un grand amateur des randonnées en montagne et perçoit le projet Héritage comme un atout majeur pour Bedford.

«C’est quelque chose d’unique, de très spécial, qui suscite l’intérêt de plusieurs  compagnies minières et dont on ne réalise pas encore tout le potentiel. Ce nouvel attrait va donner un visage de fraîcheur à Bedford et il va falloir s’en servir comme d’un tremplin», affirme-t-il.

M. Craft reconnaît que le trafic lourd est un sujet de préoccupation pour les Bedfordois et dit en avoir déjà discuté avec les deux candidats à la mairie.

Yves Gnocchini

Yves Gnocchini réside à Bedford depuis toujours.

À titre de directeur des ventes nationales et négociateurs d’ententes commerciales depuis plus de 15 ans, celui-ci signale qu’il a eu à gérer des comptes et dossiers importants au cours de sa carrière.

M. Gnocchini est surtout connu de ses concitoyens pour son engagement bénévole. Il agit notamment comme vice-président de l’Association du hockey mineur de Bedford depuis 2016 et comme gouverneur du regroupement Bedford-Farnham-Cowansville la ligue AA/BB de l’Estrie.

Ce grand amateur de sport a également collaboré à l’organisation de l’échange sportif Bedford-Kensington en tant que bénévole. Il a par ailleurs assumé la présidence du Club Richelieu Lac Champlain.

«Je suis toujours prêt à aider et à fournir les efforts nécessaires», précise-t-il.

M. Gnocchini estime qu’il est important de poursuivre le développement économique de Bedford afin de fidéliser les résidants actuels et en attirer de nouveaux.

Ce père de quatre enfants dit avoir à cœur la sécurité et le bien-être des familles. Il souhaite également que Bedford devienne «une référence où il est bon vivre».

«Mes enfants ayant atteint l’âge d’être plus autonomes, j’ai plus de temps pour réfléchir à l’avenir et apprécier notre belle municipalité», explique-t-il.

Le candidat estime que le maire sortant, Yves Lévesque, a fait «un boulot exceptionnel» durant ses huit ans à l’hôtel de ville. Il trouve dommage que M. Lévesque quitte la politique, mais se dit prêt à collaborer avec les autres membres du conseil afin que la Municipalité poursuive sa croissance de façon graduelle.

«Pour y parvenir, il faut que tous les membres de l’équipe fassent preuve d’un certain sens de la communication et se montrent respectueux envers les citoyens», plaide le nouveau venu sur la scène politique.

M. Gnocchini croit également que l’échange, le partage, l’écoute, le respect et l’intégrité sont autant de valeurs qui devraient guider les élus municipaux dans leur engagement politique.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires