4 300 contraventions en trois ans et demi

Par Marilou Seguin
4 300 contraventions en trois ans et demi
Les autorités ont observé une réduction de la vitesse de 11km/h lorsque le radar est présent sur le site.

Le radar photo mobile surveillant la route 112, dans la région de Marieville, a permis de croquer sur le vif de nombreux excès de vitesse. Depuis son implantation en 2009, près de 4 300 constats d’infraction ont été transmis à des conducteurs au pied pesant pour un total de plus de 370 000 $.

Le secteur, présentant des taux élevés d’excès de vitesse et d’accidents, est l’un des quinze endroits de la province à accueillir un radar photo ou une caméra au feu rouge.

Depuis l’installation de l’appareil mobile sur un tronçon de neuf kilomètres de la 112, entre Richelieu et Sainte-Angèle-de-Monnoir, 4 295 contraventions, d’une valeur potentielle de 370 000$, ont été signifiées à des usagers de la route pincés à rouler au-delà des limites permises variant de 70 à 90 km/h.

C’est ce que révèle leRapport sur les constats signifiés au 31 janvier 2013 publié récemment par le gouvernement.

Pied plus léger

La présence du radar photo mobile, indiquée par de nombreux panneaux de signalisation bordant la route,  semble avoir convaincu des conducteurs de lever le pied surtout  lorsqu’il y a un risque de se prendre.

«Nous avons observé une réduction de la vitesse de 11km/h lorsque le radar est présent sur le site», indique Marie-Claude Côté, porte-parole du ministère des Transports (MTQ), précisant que selon des données récentes, la réduction de vitesse globale observée dans le secteur est de 3km/h.

Lorsque le projet a débuté, 15% des véhicules circulant sur ce tronçon de la 112 roulait au-dessus de 109 km/h alors que les limites de vitesse affichées varient entre 70 et 90 km/heure indique le ministère.

Par ailleurs, depuis l’installation de radars photo dans la région, notamment dans le secteur de Marieville, les autorités ont observé une réduction nette des accidents de 20 à 30% indique le ministère des Transports.

Lorsque le site de la route 112 a été mis sous surveillance, la route affichait seize accidents par kilomètre sur trois ans, soit plus du double que la moyenne de sept enregistrée à des endroits comparables de la région.

Les accidents avec blessés y étaient trois fois plus nombreux, s’élevant à six accidents corporels par kilomètre comparativement à une moyenne de deux ailleurs dans la région. Ces données n’ont toutefois pas été mises à jour depuis le lancement du projet il y a trois ans et demi.

Nombreux contrevenants

Par définition, un radar mobile n’est pas toujours situé au même endroit sur le site et il peut être carrément absent à certains moments.

C’est ce qui est arrivé à plusieurs reprises l’an dernier alors que les autorités ont plutôt utilisé l’appareil pour effectuer la surveillance de chantiers routiers de la région.

Ainsi, le bilan de 2012, durant laquelle le radar photo a souvent  été utilisé ailleurs que sur la route 112, atteint quelque 650 contraventions signifiées pour une valeur potentielle d’environ 56 000$ indique le MTQ.

Certains usagers de la route ont pu contester leur amende et modifier ce bilan de là les termes «signifiés» et «potentielles».

En comparaison, plus de 1600 constats ont été émis en 2011 pour un montant associé de plus de 141 000$ alors que près de 2000 billets d’infraction l’ont été du début du projet en août 2009 à la fin de 2010.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires