Ange-Gardien: importantes hausses salariales à l’usine d’abattage d’Olymel

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Ange-Gardien: importantes hausses salariales à l’usine d’abattage d’Olymel
Selon le syndicat, l’amélioration des conditions de travail à l’usine d’Olymel d’Ange-Gardien devrait faciliter l’embauche de nouveaux travailleurs et la rétention de la main-d’œuvre. (Photo : Gracieuseté)

TRAVAIL. Les syndiqués de l’usine d’Olymel d’Ange-Gardien ont approuvé à 93 % les nouvelles échelles salariales prévoyant des augmentations variant de 14 % à 34,5 %. La nouvelle entente a pris effet le 12 décembre.

«Le secteur agroalimentaire est grandement affecté par la rareté de main-d’œuvre. Il nous apparaissait important de s’asseoir avec l’employeur pour l’aider à trouver des solutions à ce problème. L’amélioration des conditions de travail devrait faciliter l’embauche de nouveaux travailleurs et la rétention de la main-d’œuvre», résume Micheline Laplante, conseillère syndicale à la Centrale des syndicats démocratiques (CSD).

Les employés syndiqués d’Agromex toucheront par ailleurs de nouvelles primes en plus des augmentations de salaire annoncées. Les parties patronale et syndicales doivent se rencontrer de nouveau au début de l’année 2022 pour revoir certaines dispositions normatives.

Sans présumer de l’issue des discussions à venir, il convient de rappeler que la direction de l’usine Unidindon de Saint-Jean-Baptiste-de-Rouville a notamment accepté, en octobre dernier, de ramener la progression de l’échelle salariale vers le taux maximum d’une période de 24 à 12 mois en 2023. La contribution de l’employeur à l’assurance collective a été revue à la hausse et le régime de vacances pour la catégorie d’employés ayant le plus d’ancienneté a également été bonifié.

Prolongation de la convention collection

Il est intéressant de noter que l’employeur et le syndicat ont choisi de se rasseoir à la table de négociation bien avant l’arrivée à échéance de la convention collective prévue pour 2023.

«La rareté de main-d’œuvre, ainsi que la rétention du personnel expérimenté, étaient devenues des préoccupations majeures à notre usine. C’est dans ce contexte particulier que nous nous sommes assis avec direction d’Olymel pour convenir de quatre lettres d’entente», explique Marc Desmarais, président du syndicat.

Avec la nouvelle entente, la convention collective des employés salariés de l’usine d’abattage et de transformation de porc d’Ange-Gardien est prolongée jusqu’au 1er avril 2026.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires