Ange-Gardien: le maire Pinsonneault rate la première séance du conseil

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Ange-Gardien: le maire Pinsonneault rate la première séance du conseil
Cinq nouveaux élus ont fait leur entrée à l’hôtel de ville d’Ange-Gardien

Le nouveau conseil municipal d’Ange-Gardien a tenu une première assemblée publique, lundi soir, en l’absence du maire Yvan Pinsonneault, retenu à l’extérieur du pays.

«Les conseillers ont été assermentés avant la rencontre, alors que le maire devrait prêter serment le 17 ou le 18 novembre, à son retour de vacances», précise la directrice générale de la municipalité, Brigitte Vachon.

Au dire de cette dernière, M. Pinsonneault n’avait sans doute pas encore statué sur son avenir politique quand il a pris des arrangements pour un voyage à l’étranger.

«Un voyage, ça ne s’annule pas comme ça, à moins d’être malade», rappelle la directrice générale.

Cinq nouveaux élus

Cinq des sept membres du conseil ont profité de l’assemblée de lundi pour faire leur entrée à l’hôtel de ville. Il s’agit des nouveaux conseillers Éric Ménard, Jonathan Alix, Charles Choquette, Mario Carrier et Benoit Pépin.

La rencontre a été présidée par Rhéal Grenier, titulaire du siège numéro 1 et pro-maire de la municipalité. Ce dernier était le seul conseiller d’expérience à la table du conseil ce soir-là.

Les élus ont notamment eu à débattre d’une proposition concernant le parc écologique du lac Bleu. La proposition avait été rejetée une première fois lors de l’assemblée d’octobre, mais la mairesse sortante, Odette Ménard, avait alors choisi d’utiliser son droit de veto pour reporter d’un mois la décision finale. Le conseil a de nouveau rejeté la proposition, ce qui vient clore le débat.

Un budget en janvier

La directrice générale d’Ange-gardien et les employés cadres de la municipalité ont déjà commencé à travailler à la préparation du budget 2014. Les élus devraient se joindre à eux dans les prochains jours.

«On sait déjà que la municipalité n’adoptera pas ses prévisions budgétaires en décembre, comme il est de coutume, mais en janvier prochain. Lors d’une année électorale, le MAMROT accorde aux municipalités un délai d’un mois afin de permettre aux nouveaux élus de vraiment participer à l’élaboration du budget, au lieu de jouer un simple rôle de figurant», explique Mme Vachon.

Les municipalités ont jusqu’au 31 janvier 2014 pour adopter les prévisions budgétaires de la prochaine année.

La directrice générale s’attend par ailleurs à ce que le nouveau conseil municipal procède à une répartition des tâches entre les élus d’ici les fêtes de Noël et du Nouvel an.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires