La Municipalité d’Ange-Gardien ne manque pas de projets pour 2019

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
La Municipalité d’Ange-Gardien ne manque pas de projets pour 2019
La Municipalité d'Ange-Gardien a plusieurs projets dans ses cartons pour 2019. (Photo : L’Avenir & Des Rivières – Claude Hébert)

MUNICIPAL. Plusieurs projets, dont la réalisation était prévue pour 2018, devraient voir le jour au cours de la prochaine année.

Le rapport du maire Yvan Pinsonneault, rendu public la semaine dernière, nous apprend notamment que le projet de remplacement des infrastructures sur les rues Principale et Canrobert est toujours en attente de financement du gouvernement provincial et/ou fédéral.

Ce projet de 3 M$ a franchi l’étape des études préliminaires, puis celle des plans et devis, avant d’être déposé au ministère des Affaires municipales et l’Occupation du territoire (MAMOT) dans le cadre du Programme d’infrastructures municipales d’eau (PRIMEAU).

Parc Coulicou

Le projet d’aménagement du parc Coulicou, pour lequel la Municipalité avait prévu des investissements en 2018, devrait finalement se concrétiser en 2019.

Les autorités municipales ont déposé une demande d’aide financière dans le cadre du Programme de soutien aux installations sportives et récréatives – phase IV et obtenu la confirmation d’une subvention de 35 000 $. L’aménagement du parc devrait coûter près de 100 000 $.

Centre communautaire

Le projet de modernisation du centre communautaire tire à sa fin.

Après la réalisation de travaux de structure au cours des deux années précédentes, la Municipalité a profité des derniers mois pour remplacer la toiture et modifier le système d’alimentation énergétique requis pour les nouveaux équipements de la Popote roulante. On s’affaire présentement à compléter la décoration intérieure du bâtiment.

«Les résultats (financiers) de la Popote lui ont permis de verser un loyer à la Municipalité en 2018. Le conseil a choisi de réinvestir ces sommes dans la salle communautaire pour un nouveau recouvrement de plancher», indique le maire Pinsonneault.

Rang Séraphine

Ange-Gardien a par ailleurs réussi à faire reconnaître le rang Séraphine comme une route régionale en vertu du Plan d’intervention en infrastructures routières locales (PIIRL).

La Municipalité a également procédé aux appels offres et obtenu l’approbation du MAMOT pour un règlement d’emprunt. Elle est maintenant prête à entreprendre le projet de réfection du rang Séraphine au coût approximatif d’un million de dollars et n’attend plus que l’annonce d’une subvention dans le cadre du nouveau Programme d’aide à la voirie (PAV).

«Le projet serait pratiquement terminé, n’eût été de la paralysie qui a foudroyé le ministère des Transports du Québec depuis l’annonce de la refonte de l’aide à la voirie locale le 29 mai dernier», soutient le maire d’Ange-Gardien.

Partager cet article