Aréna de Bedford: une modernisation de 1M$

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert

Le projet de remplacement du système de réfrigération de l’aréna de Bedford, éligible à une aide financière gouvernementale maximale de 432 556 $, pourrait se réaliser dès 2013. Il n’est pas non plus impossible que les travaux soient retardés de quelques années, si les subventions ne sont pas au rendez-vous. La décision finale appartient aux élus municipaux.

Les municipalités ont jusqu’en 2020 pour remplacer le système de réfrigération au fréon (gaz R-22) de leurs arénas et centres de curling. Ce type de gaz est reconnu comme étant polluant et sera bientôt interdit car il a la réputation d’appauvrir la couche d’ozone.

«Notre aréna date d’une quarantaine d’années et a besoin d’une bonne cure de rajeunissement. La Ville de Bedford souhaite non seulement apporter des modifications au système de réfrigération de la glace, mais également corriger d’autres problèmes chroniques. La dalle de béton devra notamment être refaite, car elle a tendance à s’affaisser. La municipalité songe par ailleurs à agrandir l’édifice afin de pouvoir aménager quatre vestiaires additionnels pour les patineurs et hockeyeurs. Les bandes et les baies vitrées seraient également à remplacer», indique le maire Dubois.

Le directeur du service des travaux publics, Paul Boulay, laisse entendre que d’autres correctifs devront être apportés pour permettre au bâtiment de se conformer aux normes gouvernementales actuelles. «La Ville devra notamment installer un ascenseur et doter le deuxième étage de toilettes adaptées aux besoins des personnes handicapées», explique M.Boulay.

Le coût du plan de modernisation de l’aréna de Bedford est évalué à 1 074 529 $. Un premier projet, réalisé voilà huit ans au coût approximatif de 850 0000 $, avait permis de refaire l’isolation du bâtiment et d’en remplacer le revêtement extérieur.

«Les coûts du chauffage au gaz naturel s’élèvent aujourd’hui à 30 000 $ par année. Ces coûts sont relativement abordables si l’on considère que la Ville payait à peu près la même chose il y a cinq ans», signale M.Boulay.

Zones grises

La municipalité connaît l’existence de différents programmes d’aide financière (ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Hydro-Québec, Gaz Metro, etc.), mais ne sait toujours pas de façon précise quels travaux pourraient être admissibles à une subvention.

«Nous savons très bien qu’une partie des travaux n’est pas couverte par les programmes d’aide financière, mais il y encore beaucoup de zones grises», précise le directeur général de la municipalité, Yvon Labonté.

Claude Dubois abonde dans le même sens et laisse entendre que la Ville de Bedford est prête à bouger, mais pas à n’importe quel prix. «L’ampleur des travaux sera proportionnelle à l’importance des subventions», résume-t-il.

Le maire espère toujours une mise en chantier en 2013, mais le directeur des travaux publics paraît moins optimiste. «C’est mal parti pour cette année, dit-il, mais c’est au conseil de décider.»

Les autorités municipales se questionnent également sur le type de gaz de remplacement à privilégier.

«En remplaçant le R-22 par du R-404-A, il nous faudrait changer le condenseur et les récupérateurs, mais nous pourrions garder le même compresseur. Si nous remplaçons le fréon par du CO<V>2<V>, nous devrons acquérir une dizaine de petits compresseurs. L’utilisation de l’ammoniac comme gaz de remplacement obligerait par ailleurs la Ville à se doter de deux compresseurs à basse pression. Ces nouveaux équipements feraient gonfler la facture», explique M.Boulay.

Le directeur général de la municipalité laisse également entendre que l’utilisation du R-404-A est loin de faire l’unanimité en Europe.

«Ce serait plate d’investir des centaines de milliers de dollars et de se faire dire, dix ans plus tard, que le gaz de remplacement n’est plus acceptable», renchérit le directeur des travaux publics.

MM. Labonté et Boulay espèrent que la journée d’information, organisée par l’Association québécoise des arénas et installations récréatives et sportives (AQUAIRS), leur permettra de mieux comprendre les enjeux en présence. Cette rencontre a lieu cette semaine à Longueuil.

Réfrigération du curling

Il convient de rappeler que le système de réfrigération du centre de curling, attenant à la patinoire de l’aréna de Bedford, a été modifié l’an dernier au coût de 35 000 $. La réalisation du projet a permis de remplacer le compresseur, d’installer un moteur de 25 forces et de changer le gaz existant pour un autre répondant aux nouvelles normes gouvernementales.

Le Club de curling a pu profiter d’un prêt sans intérêt de 25 0000 $ de la municipalité et a payé la différence avec l’aide de commanditaires, la location de la glace et les cotisations annuelles.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires