Bedford: moins d’un an avant l’ouverture du parc récréotouristique Héritage

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Bedford: moins d’un an avant l’ouverture du parc récréotouristique Héritage
Les jeux d’eau seront activés par un bouton pressoir de manière à éviter un écoulement d’eau continu. (Photo : Gracieuseté)

LOISIRS. Le compte à rebours est commencé. Dans moins d’un an, la population de Bedford aura accès à un nouveau parc récréotouristique créé de toutes pièces par l’entreprise Graymont.

Le parc Héritage sera notamment constitué de trois collines artificielles de 18 mètres, 45 m et 60 m de hauteur aménagé au moyen de la pierre stérile mise de côté par les propriétaires de la carrière de Bedford au fil des ans.

«Près d’un million de tonnes de pierre non valorisable sont extraites de la carrière et transportées jusqu’au site chaque année au rythme de 5000 tonnes par quart de travail. Au final, pas moins de 30 millions de tonnes de pierre auront ainsi été déplacées. En retirant la pierre non valorisable de son site d’extraction, Graymont prévoit être en mesure de poursuivre l’exploitation de la carrière pendant 30 ou 35 autres années», indique Claudia Houde, directrice de l’usine de Bedford.

Quatre camionneurs et deux opérateurs de chargeurs, soit six personnes à temps plein, sont affectées au chargement et au transport de la pierre jusqu’au parc Héritage.

Deux des trois collines complétées

La première colline a été aménagée en 2019-2020 alors que la deuxième colline est complétée depuis le printemps 2021.

L’ardoise accumulée sur le site a été recouverte d’un mètre de terre argileuse et de 30 cm de terre arable. On a ensuite procédé à la végétalisation des collines, à la plantation de graminées (été 2021) et à la plantation d’un millier d’arbres et arbustes (printemps 2022).

«La mise en terre de 10 000 arbres sur les bandes riveraines du cours d’eau est prévue pour cet automne. Le contrat a été accordé à Plantation des Cantons, une entreprise spécialisée de Cowansville», signale le coordonnateur du projet Héritage, Érik Simard.

Graymont a notamment opté pour l’utilisation d’essences indigènes (érable, chêne blanc, saule, cornouiller, etc.) en raison de leur résistance au climat nordique.

L’aménagement de la troisième colline demandera beaucoup plus de temps et devrait s’échelonner sur une période de 15 à 18 ans.

«Les deux premières collines seront accessibles au public alors que la troisième restera en zone verte et servira d’écran entre le parc et la carrière», précise Mme Houde.

Sentiers, pavillon et amphithéâtre

Graymont a profité de la dernière année pour aménager à ses frais les rues Corriveau et Alcée-Corriveau, deux voies publiques donnant accès au futur parc et au quartier résidentiel du même secteur figurant dans les plans de la Ville de Bedford. L’entreprise St-Pierre & Tremblay s’est également occupée des travaux de génie civil (égouts, aqueduc, bordures, pavage, stationnement de 85 places).

«La pose de la première couche d’asphalte a eu lieu à la fin de 2021 alors que la deuxième est prévue pour cet automne. Il convient de noter que les fils électriques ont tous été enfouis dans le sol», ajoute M. Simard.

Les prochains mois seront notamment marqués par la construction du pavillon de services et l’aménagement de l’amphithéâtre, du belvédère, des sentiers pédestres, des jeux d’eau et de la butte de glisse d’une hauteur de quatre mètres.

«Nous avons fait appel à Construction Richelieu, de Saint-Jean-sur-Richelieu, pour le pavillon de services, à Construction St-Pierre & Tremblay, de Cowansville, pour les gradins de l’amphithéâtre, à Equiparc, de Saint-Jean-sur-Richelieu, pour le mobilier urbain, et à Tessier Récréo-Parc, de Nicolet, pour les jeux d’eau et modules d’exercice», résume le coordonnateur du projet.

Ce dernier signale que tous les équipements sont déjà commandés, mais prend soin d’ajouter que la réalisation des dernières étapes du projet demeure sujette à des imprévus (nouvelle vague de COVID-19, délais d’approvisionnement, etc.).

Nombreuses facilités

Le site sera doté d’un pavillon de services en bois, verre et métal. Ce bâtiment de 4,6 mètres par 12,5 mètres sera constitué de trois sections: bureaux administratifs, cuisine et billetterie (partie 1), salle de machinerie, plomberie, électricité (partie 2), salles de bain et cabines de déshabillage (partie 3). Un espace extérieur couvert de 7 mètres par 8,5 mètres viendra compléter l’ensemble.

«Le pavillon de services sera chauffé et pourra servir à l’année», indique Mme Houde.

Les aires de jeu seront par ailleurs aménagées de part et d’autre de ce bâtiment quatre saisons. Une première pour les enfants (balançoires, excavateur et gradins de béton), puis une deuxième pour les adolescents et adultes (accessoires d’agilité, modules d’exercice).

Travaux de finition printaniers

Les derniers travaux de finition devraient avoir lieu dès le printemps prochain en prévision de la grande ouverture.

«On fait ici référence à la pose de la tourbe, à la plantation d’arbres et arbustes près des équipements de jeu et à l’installation des bancs, supports à vélo, tables de pique-nique», poursuit M. Simard.

L’installation d’une scène mobile est également dans les plans des responsables du projet. Ce type de scène, déjà utilisé pour d’autres événements comme Montréal en lumières, se transporte en camionnette et se déploie rapidement (de 30 à 60 minutes).

Création d’une fiducie

Graymont a prévu le dépôt en fiducie d’une somme de 250 000 $ pendant dix ans. Les intérêts de ce fonds permettront d’assurer la sécurité et la pérennité du parc Héritage, notamment pas son entretien.

Un comité administratif – incluant des élus du pôle géographique de Bedford – sera également mis sur pied pour voir à la bonne gestion de ce fonds.

«L’entretien des lieux sera donc à coût zéro pour la population locale», explique la directrice de la carrière de Bedford.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires