Brome-Missisquoi s’intéresse à la symbiose industrielle

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Brome-Missisquoi s’intéresse à la symbiose industrielle
Les matières résiduelles de certaines entreprises peuvent avoir droit à une seconde vie en devenant des matières premières pour d’autres entreprises.

SYMBIOSE. Aux prises avec des résidus de production dont elles doivent se défaire à grands frais, 18 des 208 entreprises manufacturières et agroalimentaires de la MRC de Brome-Missisquoi participent à un projet-pilote visant à donner une seconde vie à ces matières tout en réduisant leurs coûts d’approvisionnement. L’expérience n’en est qu’à ses débuts, mais semble vouée à un bel avenir.

«Des projets similaires, réalisés dans les municipalités de Bécancour, Shawinigan, Rivière-du-Loup, Toronto ou dans les régions de Lanaudière et des Bois-Francs avec le soutien du Centre de transfert technologique en écologie industrielle (CTTÉI), donnent déjà des résultats probants. Il ne s’agit pas pour nous de réinventer la roue ou de copier ce qui se fait ailleurs, mais de s’inspirer des pratiques les plus prometteuses et d’adapter les modèles existants à la réalité de Brome-Missisquoi», indique Oriana Familiar Ferrer, conseillère en développement durable au CLD de Brome-Missisquoi.

L’élaboration d’un projet de symbiose industrielle découle des travaux de la Table des entreprises sur le développement durable (TEDD) de Brome-Missisquoi. Ce regroupement d’une trentaine d’entreprises de la région a vu le jour en septembre 2013, puis donné lieu à des rencontres bimestrielles, visites en milieu de travail et formations sur la gestion optimale des ressources.

«Le projet de symbiose industrielle consiste à mailler des entreprises par des échanges de sous-produits provenant de leurs activités industrielles (eau, énergie, ressources et matières résiduelles). On fait ici le pari que les résidus (extrants) des uns peuvent devenir des matières premières (intrants) pour d’autres», explique Mme Familiar.

Au dire de cette dernière, les grosses entreprises auraient davantage un profil de «donneur de matières résiduelles» et, les plus petites, un profil de «récepteur de matières premières».

Économie verte

Brome-Missisquoi a fait un premier pas vers une économie verte et concertée, au printemps 2013, en intégrant le concept de développement durable à son plan stratégique de développement économique pour la période 2013-2016.

Après avoir collaboré à l’élaboration de ce plan dans le cadre d’un stage de fin d’études à l’Université de Sherbrooke (janvier à avril 2013), Oriana Familiar s’est attaquée à la rédaction d’un guide d’implantation sur la base des caractéristiques de la région Brome-Missisquoi. La publication de ce guide (un mémoire de 140 pages), en janvier dernier, lui a valu l’obtention d’une maîtrise en environnement.

Embauchée à titre de ressource temporaire pour l’année 2014, Mme Familiar profite de la saison estivale pour visiter les entreprises participantes et bien identifier leurs intrants-extrants.

À l’automne, elle procédera à l’analyse des diagnostics posés durant l’été pour évaluer le potentiel d’échanges entre ces entreprises.

«Nous entendons privilégier les échanges sur une base locale pour limiter le coût de transport des matières, réduire les émissions polluantes liées au transport et stimuler l’économie de Brome-Missisquoi. S’il n’est pas possible de réaliser des matchs entre les 18 entreprises participantes, on élargira le bassin aux autres entreprises de Brome-Missisquoi, voire même aux autres régions du Québec», indique Oriana Familiar, conseillère en développement durable

Le CTTÉI, qui épaule le CLD de Brome-Missisquoi dans cette démarche, croit possible de concrétiser quelques échanges dès 2014, soit avant la fin du projet-pilote.

«Si les résultats sont concluants et les budgets nécessaires disponibles, il devrait être possible d’intégrer une deuxième cohorte d’entreprises en 2015 et ainsi de grossir le projet», ajoute Mme Familiar.

Vent d’optimisme

Denis Chiasson, directeur de l’usine Omya de Saint-Armand et président de la Table TEDD, estime que le projet de symbiose industrielle cadre tout à fait avec les objectifs du groupe des 18, car il permettra de mettre en valeur les matières résiduelles des entreprises.

Le préfet de la MRC de Brome-Missisquoi, Arthur Fauteux, partage l’enthousiasme des  leaders des entreprises manufacturières et agroalimentaires de la région.

«La mise en place de ce projet devrait permettre d’améliorer la performance économique (réduction des coûts d’enfouissement et d’approvisionnement en matières premières notamment), sociale (amélioration de l’image de l’entreprise, création d’un sentiment de fierté au sein du personnel) et environnementale (réduction des émissions polluantes, meilleure protection de l’eau, de l’air et du sol) des organisations participantes en optimisant l’utilisation des ressources sur le territoire de Brome-Missisquoi.»

Rosanne Fortin, coordonnatrice en environnement à l’usine Graymont de Bedford, soutient que le projet de symbiose industrielle constitue «une belle ouverture sur le développement durable» et que son entreprise tient à y participer. Elle précise que Graymont n’a pas d’attentes particulières à l’endroit de ce projet et que son service ventes et marketing a déjà pour mandat de faire la promotion des matières résiduelles de la carrière afin de leur trouver un nouvel usage. L’entreprise ne ferme pas non plus la porte à une éventuelle collaboration avec le CTTÉI.

Les 18 entreprises participantes

Dix-huit entreprises manufacturières et agroalimentaires de la MRC de Brome-Missisquoi collaborent à un projet-pilote de symbiose industrielle.

«Les entreprises participantes sont reconnues pour leur caractère proactif et intègrent déjà la notion de développement durable dans leur charte des valeurs», indique Oriana Familiar, conseillère en développement durable au CLD de Brome-Missisquoi.

• Armoires Fabritec

• Canards du Lac Brome

• Centre de Collaboration Micro Innovation (C2MI)

• Chemrec inc.

• Domaine Pinnacle

• DeltaGomma

• GE – Aviation de Bromont

• Graymont – Usine Bedford

• IBM Canada

• Industries Pépin ltée

• Les Emballages Knowlton (LEK)

• Omya Canada – Usine Saint-Armand

• Régie intermunicipale d’élimination de déchets solides de Brome-Missisquoi (RIEDSBM)

• Roulements Koyo Canada

• Solaxis Ingéniosité Manufacturière

• Teledyne Dalsa

• Thomas & Betts

• Zayat Aroma

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires