Conteneurs à vêtements: Farnham serre la vis

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Conteneurs à vêtements: Farnham serre la vis

Le Chiffonnier constitue une source de revenus non négligeable pour le CAB de Farnham qui utilise les profits générés par la vente de vêtements usagés pour financer une partie de son service de dépannage alimentaire.

La Ville de Farnham a décidé de légiférer pour contrer la multiplication des conteneurs à vêtements usagés et favoriser les organismes de bienfaisance locaux.

En vertu d’un nouveau règlement, adopté lors de la séance du conseil municipal de décembre, seules les boîtes de dons appartenant à des associations locales accréditées (avec point de vente à Farnham) et enregistrées auprès de l’Agence du revenu du Canada sont désormais autorisées.

Les conteneurs à vêtements peuvent être implantés près d’un immeuble commercial ou des installations de l’organisme auquel ils appartiennent. Il est par ailleurs interdit de déposer une boîte de dons sur un terrain vacant.

Le directeur général du Centre d’action bénévole (CAB), qui opère un comptoir familial à Farnham depuis 2004, se dit enchanté de l’initiative du conseil municipal. «J’ai discuté du dossier avec les élus municipaux avant les élections de novembre dernier et je constate aujourd’hui que les choses n’ont pas traîné. Les élus ont pris bonne note des recommandations de notre organisme et n’ont pas mis de temps à passer à l’action», signale Alain Bédard.

Ce dernier prend soin de rappeler que la revente de vêtements usagés, par l’entremise du comptoir familial Le Chiffonnier, constitue une source de revenus non négligeables pour le CAB qui utilise les profits générés par cette activité pour financer une partie de ses services de première ligne (paniers de Noël et dépannage alimentaire).

«Toutes les causes sont bonnes, mais la nôtre l’est sans doute davantage, car elle a le mérite d’aider des gens d’ici. Il existe un réel besoin à Farnham et dans les localités voisines pour des vêtements à prix modiques. L’achalandage au Chiffonnier le démontre d’une façon éloquente», ajoute M.Bédard.

Forte compétition

Alain Bédard laisse entendre que le Chiffonier n’a pas ressenti de baisse significative au lendemain de l’implantation de conteneurs à vêtements par des organismes de l’extérieur de Farnham, mais entretenait néanmoins des craintes pour l’avenir.

«Ça nous enlève une épée de Damocles, car on sait qu’il n’y aura plus de nouveaux bacs sur notre territoire», précise le directeur général du CAB de Farnham.

Au dire de ce dernier, les gens recherchent souvent la facilité et ne prennent pas toujours le temps de faire un détour pour aller porter leurs vêtements usagés au Chiffonier.

«C’est une simple question de proximité. Quand on a un bac près de chez soi, ça prend une certaine motivation pour faire un détour et aller porter ses articles dans le conteneur du Centre d’action bénévole», ajoute M. Bédard.

On se souviendra que l’implantation des conteneurs à vêtements sur le territoire de Farnham, à la fin 2012 et au début de 2013, par le Groupe RDVIE et Entraide diabétique Québec (EDQ) avait  suscité des craintes chez les bénévoles et membres du personnel du Chiffonnier.

EDQ dispose aujourd’hui de 200 bacs de récupération à Farnham, Cowansville, Bromont, Granby, Saint-Alphonse, Waterloo et ailleurs au Québec. Bien implanté dans Brome-Missisquoi et la Haute-Yamaska, RDVIE possèdent notamment deux conteneurs sur le territoire de Farnham.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires