COVID-19: la Fromagerie des Cantons nage dans l’incertitude

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
COVID-19: la Fromagerie des Cantons nage dans l’incertitude
Hugues Ouellet commence dès cette semaine la production des fromages destinés aux marchés publics sans vraiment savoir si la clientèle sera au rendez-vous. (Photo : L’Avenir & Des Rivières – Archives)

AFFAIRES. La Fromagerie des Cantons doit relancer sa production cette semaine après trois semaines d’interruption. Le propriétaire entend cependant y aller graduellement, car il dispose encore d’un solide inventaire.

L’établissement du boulevard Normandie est accessible au public sur une base de trois jours par semaine (jeudi, vendredi et samedi). Selon le maître fromager Hugues Ouellet, l’achalandage a diminué, mais les consommateurs sont toujours au rendez-vous.

Il en va tout autrement pour les ventes dans les supermarchés et les boutiques spécialisées.

«Nous disposons de 150 points de vente, mais la demande pour nos produits à l’extérieur de Farnham a diminué de moitié depuis trois semaines. Il faut comprendre que les fromages fins sont des produits haut de gamme. Quand les gens ont moins d’argent ou ont peur d’en manquer, ils coupent sur les petites gâteries», indique le propriétaire.

M. Ouellet ne se laisse pas décourager pour autant et a notamment réussi à se doter d’un site pour les transactions en ligne dans un intervalle de trois jours. Les consommateurs peuvent commander directement sur le site www.fromageriedescantons.com .

«Nous effectuons les livraisons les jeudi et samedi. Il n’y a aucuns frais pour les commandes de 30 $ et plus», explique-t-il.

Un été incertain

La Fromagerie des Cantons réalise une bonne partie de ses ventes estivales dans les marchés publics et les festivals.

L’entreprise de Farnham sait déjà depuis une semaine qu’elle devra mettre une croix sur la Clé des champs (en juin à Dunham), la Fête des patriotes (mi- août à Saint-Denis-sur-Richelieu), l’Exposition agricole de Brome (début septembre), Bières et saveurs (début septembre à Chambly) et sur divers rassemblements liés à l’Oktoberfest. Des occasions ratées qui ne se représenteront pas avant l’année 2021.

«Durant l’été, notre fromagerie dessert de huit à dix marchés publics chaque semaine. Le problème, c’est qu’on ignore si les marchés publics vont ouvrir comme à l’accoutumée et de quelle façon les gens vont répondre. On ne sait pas non plus si les clients seront tenus de garder leurs distances durant tout l’été ni quel mode de paiement les marchés publics vont accepter. Ça fait beaucoup d’incertitude à gérer», indique le maître fromager.

Ce dernier se demande également si la clientèle touristique, qui fréquente son établissement année après année, sera au rendez-vous.

«Le gouvernement du Québec va-t-il permettre les déplacements d’une région à l’autre ou les gens devront-ils rester confinés dans leur région respective?», s’interroge-t-il.

Autant de questions auxquelles Hugues Ouellet aimerait bien avoir des réponses, car la maturation des fromages demande de deux à neuf mois selon les variétés.

«En temps normal, la production des fromages destinés aux festivals et aux marchés publics débute dès avril et se poursuit jusqu’à la fin juillet. Puis, au mois d’août, on commence la production de Noël», résume-t-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires