Le député solidaire Amir Khadir en tournée dans Brome-Missisquoi

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Le député solidaire Amir Khadir en tournée dans Brome-Missisquoi
Le député Amir Khadir s'entretient avec une responsable du marché de solidarité régionale de Cowansville. (Photo : L'Avenir & Des Rivières - Claude Hébert)

POLITIQUE. Prenant à témoin la banque de terres, la route des vins et le marché de solidarité régionale de Cowansville, le député Amir Khadir estime que Brome-Missisquoi a intérêt à miser plus que jamais sur l’agriculture et l’agroalimentaire comme axe de développement économique.

De passage à Cowansville, hier soir, dans le cadre d’une tournée économique en Montérégie, le porte-parole de Québec solidaire a rencontré à tour de rôle le directeur adjoint de la MRC de Brome-Missisquoi, les administrateurs du marché de solidarité régionale de Cowansville et une dizaine de producteurs agricoles de la région.

«Nous faisons la tournée du Québec depuis 18 mois, à cinq personnes, mais sur une base individuelle, afin de prendre une radiographie des régions et s’assurer que la plateforme économique de notre parti témoigne des spécificités de chaque endroit. Ces rencontres avec des acteurs importants de la communauté nous permettent de mieux connaître les problèmes et besoins afin de trouver des solutions et élaborer des projets porteurs basés sur les particularités régionales», explique le politicien.

M. Khadir rappelle que le mouvement Solidarité rurale avait déjà identifié, voilà une dizaine d’années, le problème d’accès aux terres agricoles.

«Québec solidaire trouve la situation préoccupante et estime qu’il faut tout mettre en œuvre pour soutenir des projets comme L‘Arterre, un service provincial de jumelage entre aspirants agriculteurs et propriétaires terriens qui prend le relais de la banque de terres initiée par la MRC de Brome-Missisquoi», précise-t-il.

Le député de Mercier applaudit par ailleurs la multiplication des marchés de solidarité partout au Québec.

«On en est actuellement au stade éprouvette dans ce domaine, mais il faut faire un saut quantitatif», insiste-t-il.

Ce dernier estime également que les magasins d’alimentation traditionnels devraient accorder plus de place aux produits locaux aux côtés des grandes marques.

«Les grandes surfaces devraient réserver 10 % ou 20 % de leurs étalages aux produits locaux», ajoute-t-il.

M. Khadir aborde par la suite en rafale divers enjeux chers à sa formation politique comme le transport collectif, la gestion des déchets et la santé des Québécois.

«Le Québec dépense 25 % de moins qu’en 1992 en dollars constants pour les soins de santé. Et, les nouveaux fonds injectés dans le système de santé ne permettent pas de rencontrer les nouveaux besoins (obésité, vieillissement de la population, etc.) qui s’ajoutent au fil des ans», poursuit-il.

Le porte-parole de Québec solidaire estime que l’État dépense trop d’argent en médicaments et consacre une trop grande partie de son budget à la rémunération des médecins.

«Il est temps de questionner la pensée unique selon laquelle on doit s’en remettre aux médecins et au secteur privé», indique-t-il.

Aux yeux de M. Khadir, les ordres professionnels ont beaucoup de poids et insistent encore trop souvent pour garder la mainmise sur certains actes médicaux qui pourraient être confiés à d’autres intervenants.

«Le réseau des CLSC est déjà bien établi et doit devenir la porte d’entrée au réseau de la santé avec des heures d’ouverture prolongées (7 jours /7, 24 heures/24). Le désengorgement des urgences des hôpitaux passe par des ajustements comme celui-là», renchérit-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires