Dix ans de présence à Farnham pour l’APHPCR

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Dix ans de présence à Farnham pour l’APHPCR

Céline Papineau et Luc Couture ont été nommés membres à vie de l’APHPCR. Ils sont entourés de Claire Lussier

L’Association des personnes handicapées physiques de Cowansville et région (APHPCR) souligne cette année son premier quart-de-siècle et le dixième anniversaire de son point de service de Farnham. Plusieurs artisans de la première heure se sont réunis, vendredi dernier à la salle à dîner du motel Le Pigeonnier, pour marquer l’événement.

Luc Couture a vu sa vie basculer en 1989 à la suite d’un accident de travail. Aux prises avec des lésions à la colonne vertébrale, il a subi plusieurs interventions chirurgicales au fil des ans, mais n’a jamais pu réintégrer le marché du travail.

«Ce n’est pas facile de tomber invalide à l’âge de 29 ans», affirme celui qui joindra bientôt le clan des sexagénaires.

À la recherche d’une cause pour occuper ses temps libres, M. Couture a décidé de joindre les rangs de l’APHPCR. Il a par la suite assumé la présidence de cet organisme pendant quatre ans, soit de 1999 à 2003.

«Quand je vois des gens souffrir, ça vient me chercher», ajoute-t-il, pour expliquer son implication au sein de l’organisme.

M. Couture, Céline Papineau, Frances Champigny et quelques autres ont consacré deux ans à la mise sur pied d’un point de service à Farnham pour venir en aide aux personnes handicapées physiques et sensorielles adultes de cette région. Le projet s’est concrétisé en septembre 2003.

«Grâce à l’ouverture d’esprit de Claudette Benoit, l’APHPCR a eu accès pendant quatre ans à une salle au CLSC de Farnham. En septembre 2007, notre organisme s’est installé à la maison communautaire, porte voisine du CLSC et de l’église Saint-Romuald, avec l’appui des autorités municipales», résume la directrice générale de l’APHPCR, Francine Tremblay.

25 ans de réalisations

L’APHPCR a piloté plusieurs dossiers depuis 1988 pour apporter une lueur d’espoir aux personnes handicapées, trop souvent confinées à la maison, faute de transport et de lieux publics adaptés. Implantation d’un ascenseur à l’église Sainte-Thérèse, ajout d’espaces de stationnement réservés, aménagement de rampes d’accès et de trottoirs adaptés, programmes d’aide financière pour limitations physiques, mise sur pied d‘un service régional de transport pour les personnes en perte d’autonomie, l’organisme a été de tous les combats.

L’APHPCR a franchi une autre étape déterminante, à la fin des années 2010, avec la publication d’une demi-douzaine de bottins répertoriant les facilités offertes dans les établissements commerciaux et autres bâtiments publics de Brome-Missisquoi en matière d’accessibilité universelle. Elle a également développé un module de recherche électronique qui permet aux personnes à mobilité réduite de mieux planifier leurs déplacements au moyen d’un simple clic (www.accesbromemissisquoi.com).

«J’ai fait la tournée de tous les édifices de la région de Farnham et de la région de Bedford pour dresser la liste des facilités offertes dans chacun de ces établissements et sensibiliser les autorités municipales et gens d’affaires à l’importance d’offrir des services adaptés à l’ensemble de la population», indique Céline Papineau, ancienne employée permanente au point de service de Farnham.

La campagne d’accessibilité universelle a connu son point culminant avec la tenue de trois journées de sauts en parachute à l’école Nouvel Air de Farnham (2011, 2012 et 2013).

«Cette activité a permis de sensibiliser les gens d’affaires et élus municipaux à notre cause tout en démontrant qu’il n’y avait pas de limite à l’accessibilité universelle», signale l’instigatrice du projet et ex-présidente de l’APHPCR, Frances Champigny.

L’organisme soulignera son 25e  anniversaire de fondation, le 1er décembre prochain, dans le cadre d’un brunch au Club de golf de Cowansville.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires