Dunham tire à boulets rouges sur le MTQ

Par Josiane Noiseux
Dunham tire à boulets rouges sur le MTQ
Selon le maire Jean-Guy Demers

Exaspérés par la gestion de la direction de la Montérégie-est du ministère des Transports du Québec (MTQ), le maire de Dunham, Jean-Guy Demers, et ses conseillers exigent des changements majeurs. Leur demande? Voir leur municipalité être annexée à la direction régionale de l’Estrie. Rien de moins.

La région de Brome-Missiquoi relève actuellement de la direction régionale de la Montérégie-est du MTQ. Selon le maire Demers, le MTQ ne saisit pas les réalités des petites villes rurales.

«Nos routes ne sont pas larges et on a des problèmes de vitesse et une forte présence de camions qui circulent dans le village. Les camions ont de la difficulté à tourner sur les rues Bruce et Principale. Ces deux routes sont provinciales et une limite de 70 km/h est tolérée devant le parc municipal. Et en plus, on constate aussi plusieurs excès de vitesse sur la côte de l’église», déplore le maire.

Au fil des ans, la municipalité aurait déposé maintes requêtes au MTQ afin de se faire entendre, mais en vain. «Depuis plusieurs années, on a l’impression qu’on rit de nous. On peut passer des mois sans réponse. Finalement, on nous répond généralement que selon les calculs de leurs ordinateurs, tout est censé être adéquat. Mais lorsqu’ils (personnel du MTQ) sortent de leurs bureaux de la Rive-Sud et qu’ils viennent sur place, ils constatent que les normes établies ne fonctionnent pas. Mais malgré tout, rien n’est amélioré. On nous présente des solutions de villes et pas de village», avance M. Demers.

«Nos demandes sont faites dans le but d’améliorer la sécurité et le flux de la circulation», ajoute-t-il.

Routes malmenées

Pour Jean-Guy Demers, le temps est venu de faire bouger les choses. Le maire et ses conseillers souhaitent être écoutés en matière de transport. Selon le maire, les réalités rurales sont bien différentes des réalités urbaines et doivent être davantage prises en compte.

Il cite en exemple les détours qui redirigent le trafic des routes provinciales vers des rangs de campagne. Il fait allusion notamment au détour vers le chemin Scottmore, à l’est du village, durant la réfection du pont de West-Brome l’été dernier.

Même s’il ne s’agissait pas d’un détour officiel produit par le MTQ, la plupart des usagers de la route ont opté pour cette voie alternative afin d’éviter le long détour contournant le village de West-Brome vers Sutton.

«Les affiches n’indiquaient pas ce détour, mais les GPS donnaient ce chemin en option. Le chemin est maintenant fort endommagé puisqu’il n’est pas conçu pour accueillir un haut flux de circulation. Nous avons demandé une compensation financière afin de réparer le chemin puisque celui-ci servait de voie de contournement lors de la réfection du pont de West-Brome», mentionne Pierre Loiselle directeur général de la Ville de Dunham. Aucune indemnisation n’a été octroyée jusqu’à présent.

Mieux en Estrie

Présentement sous la juridiction du MTQ Montérégie-est, Dunham aimerait joindre les rangs de la région de l’Estrie.

«Notre centre de services pour la région de Brome-Missisquoi est à Foster, ce qui est donc relativement loin pour des gens qui résident dans notre secteur. C’est un petit centre de services et peu de choses se passent là. Leurs principaux bureaux du MTQ sont à Longueuil ou Boucherville», souligne M. Loiselle.

«Aucune demande de transfert officielle n’a encore été faite, mais il est fort probable que nous en déposerons une prochainement. Nous souhaitons changer de direction territoriale, car on pense que nous serons mieux écoutés à Sherbrooke. Cette région connait des réalités plus rurales», ajoute le DG de la Ville de Dunham.

Une rencontre avec le ministre Gaudreault

Quelque 14 directions territoriales divisent le Québec à la suite d’une réforme au MTQ réalisé en 1993. «Excepté les régions de Lanaudière, des Laurentides et de Laval, la majorité des directions territoriales sont conformes. Ces directions ont été créées selon l’urbanisme de celles-ci», explique Isabelle Buisson, responsable des communications au MTQ.

«La région de la Montérégie a été scindée en deux, soit les secteurs «est» et «ouest», selon l’importance et la grandeur du territoire. Nous ne pouvons nous prononcer au sujet de la requête de la Ville de Dunham puisqu’aucune demande officielle n’a été faite, mais nous n’avons jamais reçu un tel type de demande à travers tout le Québec», ajoute Mme Buisson.

Pour bien faire entendre ces convictions, le maire Jean-Guy Demers compte rencontrer le ministre des Transports et des Affaires municipales Sylvain Gaudreault.

«Le ministre précédent, Pierre Moreau, semblait à l’écoute, mais nous n’avons jamais eu de suivi. Le nouveau gouvernement semble plus réceptif. Je pense que la nouvelle administration du PQ est plus près du peuple. Présentement, nous sommes sur le point de fixer un rendez-vous avec M. Gaudreault. Nous souhaitons le rencontrer en personne afin de discuter concrètement. Je suis prêt à attendre, mais je veux me faire entendre», lâche M. Demers.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires