Échos du conseil municipal de Notre-Dame-de-Stanbridge

Échos du conseil municipal de Notre-Dame-de-Stanbridge

Suzanne Marcoux prendra la relève de la directrice générale Béatrice Travers à compter de janvier prochain.

Crédit photo : L’Avenir & Des Rivières – Claude Hébert

MUNICIPAL. Plusieurs sujets ont retenu l’attention des citoyens, lundi, lors de la séance mensuelle du conseil municipal de Notre-Dame-de-Stanbridge.

Départ à la retraite

La directrice générale de la Municipalité de Notre-Dame-de-Stanbridge, Béatrice Travers, quittera pour la retraite, le 31 décembre prochain, après 16 ans de service (2002 à 2018).

L’actuelle directrice adjointe, Suzanne Marcoux, embauchée au début du mois d’octobre, assurera la relève à la direction générale dès le 1er janvier 2019. Cette dernière a travaillé 13 ans à Sainte-Anne-de-Sabrevois comme trésorière et directrice générale adjointe avant son arrivée à Notre-Dame.

Entreposage des équipements

Le conseil municipal songe à entreposer les équipements de la voirie au rez-de-chaussée de l’ancienne meunerie de Georges-Henri Dupuis. La camionnette, le tracteur tondeuse-souffleuse, le mobilier urbain, les sacs d’asphalte froide et les pancartes de la Municipalité sont présentement entreposés en location dans le garage du presbytère local.

«Tout permet de croire que ça coûterait moins cher de rénover une partie de l’ancienne meunerie que de construire un entrepôt tout neuf», estime le maire, Daniel Tétreault.

Cet édifice de 3 150 pi2 avait été acquis par la Municipalité en décembre 2015 au coût de 82 400 $. L’administration municipale n’a jamais réussi à obtenir les subventions nécessaires à la transformation de l’immeuble en édifice communautaire avec bureau de poste, bibliothèque et centre d’entreposage.

Nouveau rôle d’évaluation

En vertu du nouveau rôle d’évaluation foncière, qui servira comme base d’imposition pour les comptes de taxes municipales de 2019 à 2021, la richesse foncière de Notre-Dame s’élève à désormais 125 625 100 $, en hausse de 14,74 %.

La valeur des propriétés agricoles (fond de terre, maison, bâtiments) grimpe de 22,99 % alors que la valeur des immeubles résidentiels, des édifices commerciaux et des terrains vacants augmente de 3,23 %, 3,71 %et 6,16 % respectivement.