Exportations vers la Chine: l’entreprise F. Ménard se fait discrète

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Exportations vers la Chine: l’entreprise F. Ménard se fait discrète
L'entreprise F. Ménard abat plus d'un million de porcs chaque année à ses installations d'Ange-Gardien. (Photo : Gracieuseté)

AFFAIRES. Invoquant des lacunes dans le processus de certification des produits canadiens, la Chine a suspendu ses importations de viande canadienne au milieu de la semaine dernière. L’Avenir & Des Rivières a contacté le producteur de porc F. Ménard pour connaître sa position dans ce dossier, mais la direction de l’entreprise a préféré garder ses distances.

F. Ménard a néanmoins tenu à préciser que la révocation des permis d’exportation n’implique pas l’entreprise d’Ange-Gardien, à l’exception de la suspension actuelle vers la Chine imposée à tous les exportateurs canadiens de viande. Le producteur de porc a également fait savoir, par l’entremise de l’agence de communication FDM, que ses pratiques rigoureuses répondent aux exigences de l’Agence canadienne d’inspection des aliments avec qui elle collabore pleinement.

L’entreprise de la famille Ménard produit 1,1 million de porcs par année et vend ses produits dans une cinquantaine de pays. Cette dernière exporte notamment les os et les sous-produits du porc (têtes, pieds, tripes, etc.) en Chine, mais souhaite également se positionner pour répondre à la nouvelle demande des Chinois pour les morceaux de choix.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires