L’Armandoise Caroline Pelletier agricultrice de l’année 2022 en Montérégie-Est

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
L’Armandoise Caroline Pelletier agricultrice de l’année 2022 en Montérégie-Est
Caroline Pelletier est entourée de sa fille, Émily Bard, et de son conjoint, Pierre Dupasquier. (Photo : Gracieuseté)

AGRICULTURE. L’Armandoise Caroline Pelletier s’est vue décerner le titre d’agricultrice de l’année 2022, samedi dernier, lors du 33e Gala hommage aux agricultrices de la Montérégie-Est.

Trois autres productrices du même secteur géographique ont également été honorées. Il s’agit de Linda Lazure (agricultrice émérite), Johanne Cameron (agricultrice entrepreneure) et Ana Maria Martin (agricultrice de passion).

Le Gala hommage aux agricultrices est une activité de reconnaissance annuelle qui réunit près de 200 personnes provenant du milieu agricole, agroalimentaire et politique. Il s’agit d’une initiative du conseil d’administration des Agricultrices de la Montérégie-Est, un regroupement affilié à l’Union des producteur agricoles (UPA).

Le défi de la diversification

Bachelière en agronomie de l’Université Laval, Caroline Pelletier est notamment propriétaire de la ferme Missiska, une entreprise familiale de Saint-Armand spécialisée dans l’élevage de vaches laitières purs-sangs.

Le troupeau Jersey de la ferme Missiska se classe parmi les meilleurs de sa catégorie au Québec en termes de production. Ses vaches produisent en moyenne 8 129 kilos de lait par période de 305 jours alors que la moyenne québécoise pour cette race se situe aux alentours de 6 000 kilos.

Désireuse de prendre de l’expansion, Mme Pelletier disposait de deux alternatives: acquérir de nouveaux lopins de terre à fort prix ou relever le défi de la diversification. Elle a finalement décidé de se lancer dans la transformation avec l’ouverture d’une fromagerie artisanale à Bedford.

«La formule choisie nous assure le plein contrôle sur nos produits, de la production du lait jusqu’à sa transformation en fromage», explique l’agricultrice.

Pour garantir le succès de l’opération, Caroline Pelletier n’a rien laissé au hasard et s’est notamment rendue à l’École nationale d’industrie laitière ENILBIO de Poligny, dans le cadre d’une mission en France. Elle a également pris soin de bien s’entourer en faisant appel aux services du Centre local de développement de Brome-Missisquoi (plan d’affaires, montage financier, programme d’accompagnement au démarrage d’entreprise), du Centre d’expertise fromagère du Québec (choix et  développement des produits, sélection des équipements), de la firme Papilles Développement (identité culinaire, commercialisation, tourisme gourmand), de la Cellule de mentorat d’affaires de Brome-Missisquoi (coaching, accompagnement) et d’une firme d’ingénieurs spécialisée dans le domaine agroalimentaire (conception des plans de la fromagerie, surveillance des travaux).

La fromagerie Missiska, aménagée dans une ancienne ébénisterie en bordure de la route 235, dispose d’une superficie de production de 3 000 pi2. L’établissement propose à sa clientèle des yogourts, du lait non homogénéisé et quatre variétés de fromage: le jersey royal à pâte molle, le cheddar en grains ou en bloc Missiska, le Missiska à pâte pressée cuite et le jersey blanc à pâte fraîche.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires