L’autoroute 35 se rapproche de Pike-River

Même si ce n’est pas demain la veille, les élus municipaux et les gens d’affaires de Brome-Missisquoi fondent de grands espoirs sur le projet de parachèvement de l’autoroute 35 qui permettra de compléter le trait d’union entre Montréal et Boston. Le tronçon de 37,9 km entre Saint-Jean-sur-Richelieu et Saint-Armand devrait être accessible aux automobilistes et camionneurs dès 2017.

 

Après avoir complété la structure d’un premier segment de 12,7 km entre Saint-Alexandre et Saint-Sébastien, puis la fondation d’un deuxième segment de 7 km entre Saint-Jean-sur-Richelieu et Saint-Alexandre, le ministère des Transports du Québec (MTQ) entend poursuivre l’aménagement de l’échangeur Iberville qui permettra de relier l’autoroute 35 à la route 133 et le parachèvement de l’échangeur Grande-Ligne, dont la structure est déjà bien apparente.

 

La fondation du tronçon Iberville-Saint-Sébastien est déjà finalisée en bonne partie, mais iI manque toujours une section à la hauteur du ruisseau de la Barbotte (Iberville) et une autre à la hauteur du rang des Dusseault (Saint-Alexandre), où l’emplacement de l’échangeur n’a toujours pas été déterminé. Par contre, la construction de l’échangeur Saint-Sébastien, donnant accès à la route 133, est déjà complétée.

 

Le MTQ prévoit paver le tronçon Iberville-Saint-Sébastien en 2013. Cette section de l’autoroute devrait être ouverte à la circulation dès la fin de cette même année.

 

Moyen terme
Dans les prochaines années, les travaux se déplaceront plus au sud, à la hauteur du lac Champlain, où le processus d’expropriation suit son cours. On s’attaquera plus particulièrement à la construction du pont de la rivière aux Brochets et des deux échangeurs de Saint-Armand. La présence d’une réserve écologique dans ce secteur pose un défi particulier aux ingénieurs du ministère.

 

Le MTQ a procédé à plusieurs travaux de démolition, l’automne dernier à la hauteur de Saint-Armand, pour les fins de ce projet. On a notamment démoli une ancienne école (intersection 133 et Montgomery), un atelier spécialisé dans l’impression sur verre (intersection 133 et de la Falaise) et une ancienne halte pour camionneurs (86, route 133).

 

«La démolition de l’ancien motel de la route 133 devrait suivre en 2012», signale le maire de Saint-Armand, Réal Pelletier.

 

Ce dernier laisse entendre que la construction de l’échangeur sud nécessitera une attention toute particulière en raison de la présence de bâtiments patrimoniaux dans le secteur.

 

Le maire Pelletier s’attend à voir des arpenteurs sur le territoire de Saint-Armand dès cet été ou au début de la prochaine année. Selon lui, les travaux de construction à proprement dits ne commenceront vraisemblablement pas avant 2015 et devraient se poursuivre l’année suivante. Il faut rappeler que la mise en service de la nouvelle partie de l’autoroute 35 est prévue pour 2017.

 

Réal Pelletier émet toutefois des réserves et dit craindre que le chantier de l’échangeur Turcot (Montréal) ne vienne mêler les cartes.

 

«Ce gouffre à argent pourrait retarder la réalisation des autres grands projets, y compris de l’autoroute 35. Le budget du MTQ n’est pas élastique et le ministère a bien d’autres chats à fouetter. Le parachèvement de l’autoroute 30 par exemple», explique le maire Pelletier.

 

Attentes du milieu
Le maire de Bedford, Claude Dubois, fonde de grands espoirs sur le projet de parachèvement de l’autoroute 35 qui, dit-il, va contribuer à relancer l’économie de la région.

 

«Avec ce nouveau lien routier, les automobilistes pourront franchir la distance Bedford-Montréal en 25 ou 30 minutes. Notre parc industriel régional et nos projets de développement domiciliaire vont soudainement devenir beaucoup plus attrayants pour les développeurs et les travailleurs à la recherche d’un emplacement pour la construction d’une usine ou d’une maison», explique-t-il.

 

Au dire de ce dernier, ce n’est pas sans raison que le Club Jockey du Québec s’intéresse à Bedford pour la relocalisation de l’hippodrome de Québec. Les promoteurs du projet domiciliaire La Seigneurie des Cantons (49 terrains pour des habitations de style champêtre) et du développement résidentiel Le Domaine du Château d’eau (85 terrains pour des cottages avec services municipaux) misent également beaucoup sur le prolongement de  la 35.

 

Les autorités municipales de Bedford ont fait des représentations auprès du MTQ pour s’assurer que la sortie Bedford soit bien identifiée sur le nouveau tronçon de l’autoroute.

 

«Nous en avons fait la demande, il y a déjà trois ou quatre ans, avant le début des travaux. Le MTQ s’est engagé à donner suite à notre requête», indique M.Dubois.

 

Le maire Pelletier songe également au développement de sa municipalité et verrait d’un bon œil l’implantation d’un bureau d’information touristique à proximité du poste frontalier de Philipsburg.

 

«Depuis la fermeture du bureau de Pike River, les touristes américains qui s’amènent au Québec par la route 133 sont un peu laissés à eux-mêmes. Brome-Missisquoi aurait avantage à leur faire de l’oeil dès leur entrée au Québec. Ça aiderait à faire connaître la Route des Vins et nos autres attraits touristiques», insiste M.Pelletier.

Avec la collaboration de Gilles Bérubé

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires