Le budget de la MRC de Brome-Missisquoi en hausse de 1,8 M$

Le budget de la MRC de Brome-Missisquoi en hausse de 1,8 M$

La préfète et le directeur général de la MRC de Brome-Missisquoi, Sylvie Dionne-Raymond et Robert Desmarais.

Crédit photo : L’Avenir & Des Rivières – Archives

MUNICIPAL. La MRC de Brome-Missisquoi prévoit des dépenses de l’ordre de 11,1 M$ en 2019. Il s’agit d’une augmentation de 1,8 M$ par rapport à l’année précédente.

La MRC prévoit notamment des déboursés additionnels de 567 000 $ au niveau de la gestion de l’eau afin de mieux composer avec les changements climatiques.

«Une partie des subventions gouvernementales et de l’entreprise privée liées à ce dossier a déjà été confirmée, mais d’autres restent à venir», indique le directeur général, Robert Desmarais.

La MRC entend par ailleurs doubler – de 300 000 $ à 666 000 $ –  les sommes dédiées à l’attraction de la main-d’œuvre et des jeunes familles. Cinq journées d’accueil des travailleurs immigrants ont été organisées au cours de la dernière année pour aider les entreprises locales à pourvoir des postes vacants.

«Notre opération séduction s’adresse tout spécialement aux 18 à 40 ans», précise M. Desmarais.

La campagne de communication sur la collecte et la valorisation des matières organiques doit également s’intensifier en 2019. Un budget de 182 000 $ – soit le double de l’année en cours – sera alloué à cette démarche de sensibilisation auprès des citoyens.

Hausse des quotes-parts

La richesse foncière uniformisée (RFU) de la MRC de Brome-Missisquoi a augmenté de 600 M$ et s’élève maintenant à 10 G$.

«Le quart de cette hausse (150 M$) est attribuable aux nouvelles constructions et les trois autres quarts (450 M$) à une hausse du marché immobilier», signale M. Desmarais.

Ce dernier laisse entendre que l’affluence des retraités et futurs retraités dans la région ne se dément pas.

«Si on veut conserver nos services, il faut cependant trouver une façon d’aller chercher davantage de main-d’œuvre et de jeunes familles», ajoute le directeur général.

Les 21 municipalités du territoire contribueront au budget de la MRC à une hauteur de 4 M$. Les 7 M$ manquants proviendront des subventions gouvernementales, des contributions des entreprises et des revenus provenant du service de transport.

«Le conseil des maires s’était donné comme orientation de limiter la hausse des quotes-parts à 3 %. Une nouvelle quote-part de 2,6 % vient s’ajouter pour l’attraction de la main-d’œuvre. On parle donc d’une augmentation totale de 5,6 %», résume M. Desmarais.