Le maire Melchior défend la pertinence du projet résidentiel de la Tourbière

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Le maire Melchior défend la pertinence du projet résidentiel de la Tourbière
Le maire Patrick Melchior a défendu la pertinence du projet résidentiel de la Tourbière, en septembre dernier, lors d’une soirée d’information tenue à l’auditorium de JJB. (Photo : L’Avenir & Des Rivières – Archives)

DÉVELOPPEMENT. Même s’il dit croire aux vertus de la mobilisation citoyenne, le maire Patrick Melchior est d’avis que les Amis de la tourbière de Farnham gagneraient en crédibilité s’ils exposaient toutes les facettes du projet de développement résidentiel «au lieu de n’en présenter que quelques-unes».

Ce dernier prend soin de rappeler que la Municipalité compte établir une zone de conservation de 4 M pi2 (55 % du site) dans le secteur concerné de manière à assurer la protection de la tourbière et du cours d’eau verbalisé qui s’y trouvent.

«La zone de conservation projetée équivaut à 56 terrains de soccer ou à deux fois la superficie du centre de la nature. Il s’agit d’une superficie supérieure à celle de l’ensemble des parcs et espaces verts de Farnham, le centre de la nature y compris», indique-t-il.

La Ville entend par ailleurs céder un terrain au Centre de services scolaire du Val-des-Cerfs pour la construction d’une école primaire dans le secteur. En vertu des nouvelles règles du jeu, le gouvernement du Québec demande désormais une contribution de la communauté lors de la réalisation de tels projets.

Protection de l’environnement

M. Melchior souhaite également rappeler à la population que les profits générés par la vente des terrains du secteur de la tourbière à des promoteurs serviront de levier pour la protection de l’environnement à l’échelle locale. Ces sommes permettront non seulement de protéger et de valoriser les 4 M pi2 de la zone de conservation, mais également d’autres espaces verts sur le territoire de Farnham pour un total de 5 M pi2.

«La Ville croit notamment important d’assurer la protection du terrain boisé situé à l’arrière de l’école secondaire Jean-Jacques-Bertrand qui appartient à des intérêts privésۚ», signale-t-il.

Le conseil municipal vient d’ailleurs d’établir une réserve foncière qui aura pour effet de geler la réalisation de tout projet de développement pour une période de deux ans dans le boisé contigu à la polyvalente JJB. Une initiative qui, aux dires du maire, a été prise «avec les meilleures intentions du monde», mais qui n’est pas sans déplaire aux propriétaires du terrain qui viennent d’acheminer une mise en demeure de 8 M$ à la Municipalité.

Libellé de la pétition

Patrick Melchior estime que le libellé de la pétition mise en circulation par les Amis de la tourbière ne donne pas l’heure juste au sujet du projet de développement résidentiel de la Tourbière et que le document omet «plusieurs données factuelles qui auraient permis aux gens de se faire une idée basée sur l’ensemble des faits».

«Il ne s’agit pas d’un projet improvisé, mais d’un projet écoresponsable sur lequel la Municipalité table depuis nombre d’années et dont les plans d’occupation du territoire ont été révisés à la baisse de manière à offrir un environnement plus convivial aux futurs résidants. Le projet d’origine comprenait plus de 1200 portes et des immeubles multifamiliaux, mais le conseil municipal a jugé bon d’en limiter le nombre à 436 unités d’habitation et de mettre de côté la construction de multiplex. Comme quoi il est possible de bâtir tout en étant en harmonie avec la nature», explique le maire.

M. Melchior croit également, sans pouvoir l’affirmer avec certitude, que plusieurs des signataires de la pétition ne sont pas des résidants de Farnham et que pareille situation enlève du poids à cette requête destinée à infléchir la position des élus municipaux.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Maurice L. Gaudreaui
Maurice L. Gaudreaui
13 jours

Pour ma part, je crois à la viabilité et fiabilité de ce projet.. Les futurs résidents auront à proximité de leurs résidences un centre d’ interprétation de la nature important et avec une diversité animalière importante. Au niveau de l’ environnement, il faudrait aussi s’ impliquer dans l » était désastreuse du ruisseau Plamondon…les rives de la Yamaska, le secteur sud de la piste cyclable Boul Normandie etc……Pour ma part, en solitaire, j’ y vois.