Le MAPAQ appuie deux écoles d’ici dans leur projet d’achat d’aliments québécois

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Le MAPAQ appuie deux écoles d’ici dans leur projet d’achat d’aliments québécois
Les ateliers culinaires permettent aux élèves de l’école Saint-Romuald de mieux s’alimenter au quotidien.

ALIMENTATION. Deux établissements scolaires de Farnham figurent parmi les 22 nouvelles écoles primaires et secondaires du Québec soutenues par le MAPAQ pour la réalisation de projets favorisant l’achat d’aliments québécois. Ces établissements se partageront une enveloppe de plus de 325 000 $.

«L’achat local représente une solution concrète au développement économique du Québec. Voilà pourquoi nous avons fait de l’achat d’aliments québécois dans les institutions scolaires une priorité. (…) C’est un pas important pour se mettre en mouvement et arriver à augmenter les volumes d’approvisionnement en aliments québécois», signale le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), André Lamontagne.

Son collègue Jean-François Roberge, titulaire du ministère de l’Éducation, croit également aux mérites de cette initiative.

«Familiariser nos élèves avec la consommation de produits locaux et sains est un pas vers un Québec en santé et en harmonie avec les objectifs d’autonomie alimentaire durable soutenus par notre gouvernement», indique M. Roberge.

Le MAPAQ peut notamment compter sur le soutien de M361 (anciennement Québec en forme), d’Aliments du Québec et de l’organisme Équiterre pour la réalisation de ce programme.

Projet à Saint-Romuald

L’école primaire Saint-Romuald obtient une aide financière de 20 000 $ pour équiper sa cuisine et ainsi offrir, gratuitement et sur une base hebdomadaire, des aliments sains aux 350 élèves de l’établissement sous forme de collations.

Les jeunes de la classe de 6e année de Sonia Demers ont également la chance de mettre la main à la pâte en participant à des ateliers culinaires (potages de saison, muffins aux carottes et betteraves, humus de crudités, boulettes de porc à la pomme et à l’érable, etc.).

«Ces ateliers permettent aux élèves de réaliser qu’une saine alimentation ne se limite pas à manger de la laitue. Il existe beaucoup d’autres légumes savoureux qui méritent d’être découverts», explique Mme Demers.

Grâce à la mise en place d’un jardin hydroponique, la classe de 6e année désire par ailleurs continuer à s’impliquer au sein de la communauté en offrant à des organismes de la région une partie des légumes cultivés à l’école.

Projet à Farnham Elementary

L‘école Farnham Elementary a par ailleurs eu droit à une aide financière de 5 000 $ pour son projet «Bien manger dans le futur» («Healthy eating for the future»).

Cette subvention permettra à l’école anglaise de la rue Saint-Joseph d’acquérir un bar à salade, d’offrir aux élèves la possibilité de manger santé tout au long de la semaine et d’augmenter les quantités de légumes consommées sur une base quotidienne.

Les jeunes et leur famille auront par ailleurs la chance de découvrir de nouveaux produits et de mieux comprendre l’impact de l’achat local sur le développement économique de la région.

Chaque élève devra compléter un sondage – au début puis à la fin de l’année scolaire – sur sa consommation de légumes et ses préférences alimentaires. Cet exercice permettra à la direction de l’école de vérifier l’impact du bar à salade sur les habitudes de consommation de la clientèle étudiante.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires