Le Regroupement des gens d’affaires de Bedford et région à l’heure des choix

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Le Regroupement des gens d’affaires de Bedford et région à l’heure des choix
Le vice-président et la présidente du Regroupement des gens d’affaires, Pierre-Luc Gagnon et Samantha Salois, ont rencontré le maire Yves Lévesque et les autres administrateurs de la Corpo, jeudi dernier, à l’hôtel de ville de Bedford. (Photo : L’Avenir & Des Rivières – Claude Hébert)

ÉCONOMIE. Le Regroupement des gens d’affaires de Bedford et région connaît des heures difficiles alors que les cinq membres de son conseil d’administration s’apprêtent à démissionner en bloc.

Dans un message publié sur la page Facebook de l’organisme, la présidente Samantha Salois, le vice-président Pierre-Luc Gagnon et leurs collègues Gina Guzzo, Christine Dubé et Ghilda Begdeli Azari signalent qu’ils n’ont pas l’intention de se représenter au terme de leur mandat, en octobre prochain.

«Nous invitons toutes les personnes intéressées à prendre la relève à soumettre leur candidature. Autrement, nous nous retrouverons dans l’obligation de mettre un terme aux activités du Regroupement», affirment les cinq signataires du document.

Les cinq administrateurs dressent un constat unanime:  le manque de participation, d’intérêt ou d’implication est devenu un enjeu important au sein de l’organisme.

Ces derniers sont également d’avis que le taux de participation à l’assemblée générale annuelle du Regroupement en dira long sur la position des membres.

Lourdeurs administratives

Les problèmes du Regroupement ne datent pas d’hier et semblent remonter à plus de deux ans, au moment où l’ancienne présidente, Marie-Josée Lamothe, la trésorière, Caroline Fontaine, et deux autres administrateurs ont quitté le conseil d’administration. Leur départ a déstabilisé l’organisme qui peine à s’en remettre.

«Marie-Josée et Caroline consacraient beaucoup d’heures au Regroupement sur une base bénévole. Il n’est jamais facile de remplacer des gens aussi dévoués», explique M. Gagnon.

Au lendemain de cette première vague de départs, l’organisme a réussi à recruter deux nouveaux administrateurs, Christine Dubé et Ghilda Begdeli Azari, avant de procéder à l’embauche d’une salariée pour un mandat d’une journée/ semaine.

«Notre employée a déniché un autre emploi lui offrant un plus grand nombre d’heures de travail. On ne peut évidemment pas lui en vouloir», ajoute le vice-président.

Baisse du membership

Si les tâches administratives sont particulièrement exigeantes pour un petit groupe de bénévoles aux prises avec d’autres obligations, le renouvellement des adhésions et la sollicitation de nouveaux membres sont tout aussi rebutants

«Notre organisation a déjà pu compter sur la présence de 125 membres et faisait alors beaucoup d’envieux dans la région. À l’heure actuelle, à peine 60 ou 70 d’entre eux ont payé leur cotisation et les administrateurs passent un temps fou à courir après les chèques», poursuit M. Gagnon.

Ce dernier tient cependant à rappeler que le Regroupement a toujours pu compter sur un bon taux de participation des marchands aux activités promotionnelles (fête de Noël, vente-trottoir, rendez-vous country, etc.) et de réseautage (5 à 7, déjeuners-causeries). «Le problème n’est pas là. C’est ailleurs que ça cloche», résume-t-il.

Les administrateurs du Regroupement tiennent à la survie de l’organisme et n’ont pas hésité à contacter le conseil municipal de la Ville de Bedford, au début de septembre, pour leur faire part de leurs inquiétudes.

«Nous avons communiqué l’information aux sept autres municipalités du pôle de Bedford et invité les élus de ces municipalités à participer à l’assemblée générale annuelle du Regroupement, le mardi 8 octobre à 19h, au restaurant L’Interlude», indique le maire de Bedford, Yves Lévesque

La présidente et le vice-président de l’organisme ont par ailleurs rencontré les administrateurs de la Corporation de développement de Bedford et région (Corpo), mercredi dernier, pour solliciter son appui.

«À la Corpo, on va toujours privilégier le regroupement local (Bedford et région) avant le regroupement régional (le territoire de Brome-Missisquoi dans son entier)», précise le maire Lévesque.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires