Les parents de Stanbridge East gagnent sur toute la ligne

Après plusieurs semaines de délibérations, le conseil des commissaires de Val-des-Cerfs a rendu son verdict: les parents de Stanbridge East pourront choisir entre Bedford et Frelighsburg… sans frais!

 

Signe que le choix a été déchirant pour les commissaires, ceux-ci ont délibéré durant près d’une heure, à huis clos, alors que les parents attendaient de réintégrer la salle du conseil pour entendre le verdict.

 

Finalement, c’est à 14 contre 6 que les commissaires ont convenu de diviser le village de Stanbridge East en deux parties et de rattacher la partie est à un secteur commun qui réunit Bedford et Frelighsburg.

 

En conséquence, les parents auront le choix d’envoyer leurs enfants à l’une ou l’autre des écoles, sans frais supplémentaires de transport. Toutefois, l’enfant qui commence sa scolarité à un endroit doit y demeurer.

 

La réponse a été accueillie par des cris de joie de plusieurs parents. Rencontrée en sortant de la salle, Mélanie Dorval a reçu l’annonce comme un cadeau de Noël à l`avance.

 

«C’est exactement ce qu’on demande depuis le début. On ne voulait pas que ceux qui veulent aller à Bedford soient pénalisés», a-t-elle soulignée.

 

Katie Senkerik, qui avait pris la parole avant la séance a aussi ressentie un soulagement. «Je vais pouvoir aller dire ça aux enfants, c’est eux qui vont être contents», a-t-elle commenté le visage ravi.

 

Un long combat

Plusieurs parents d’élèves de l’école Saint-François-d’Assise, dont quelques-uns de Stanbridge East, ont défendu bec et ongles le «libre choix».

 

Ils ont rappelé vivement, lors de la récente consultation sur les secteurs scolaires tenue au gymnase de l’école de Frelighsburg, qu’une réorganisation du transport scolaire leur a permis d’envoyer leurs enfants à Saint-François-d’Assise sans problème depuis plus de dix ans.

 

Le transfert potentiel du tiers des élèves vers Bedford, selon eux, aurait compromis l’avenir de l’école.

 

«Vider le village de son école, c’est le vider de sa vitalité. On doit reconnaître nos acquis et officialiser une situation qui dure depuis dix ans», alléguait alors Pierre Jobin, un membre du comité Vitalité Frelighsburg.

 

D’autres parents de Stanbridge East ont, en contrepartie, fait valoir leur préférence pour les écoles primaires de Bedford. Ils soutenaient que la commission scolaire devait absolument rétablir une situation qui, selon eux, n’aurait pas dû changer.

 

«L’école St-François-d’Assise ne fermera pas. Nul ne doit être au-dessus des lois», invoquait lors de l’assemblée de consultation Josée Drouin, une mère de famille de Stanbridge East.

 

Avec la collaboration d’Alain Bérubé.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires