Martins Industries investit 3 M$ à son usine de Farnham

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Martins Industries investit 3 M$ à son usine de Farnham
Martins Industries fabrique des systèmes de manutention spécialisés pour les pneus. (Photo : Gracieuseté)

AFFAIRES. Agrandissement de l’usine de Farnham, consolidation des activités en Europe, création d’emplois bien rémunérés, Martins Industries multiplie les investissements et augmente ses parts de marché à un rythme soutenu.

Quand la construction va, tout va, mais l’adage semble tout aussi vrai pour l’industrie automobile. Martins Industries en est la preuve éloquente avec une augmentation de son volume de ventes de 1000 % en cinq ans.

«Nous avons décuplé notre chiffre d’affaires en une demi-dizaine d’années. Les ventes de notre division automobile sont passées de 4 M$ à plus de 40 M$ durant cette période», résume le président de l’entreprise, Martin Depelteau.

En cédant la fabrication des systèmes d’entreposage et de manutention industriels à une entreprise sœur (Flexpipe) et en se concentrant sur son principal créneau, Martins Industries n’a visiblement pas manqué son coup.

À la conquête de l’Europe

Martins Industries vend à la grandeur de la planète et compte maintenant des clients dans une soixantaine de pays.

L’ouverture d’un bureau et d’un centre de distribution dans la région de Tilburg, aux Pays-Bas, au début de 2018, lui a coûté une petite fortune (deux ans de préparatifs et un investissement de 2 M$), mais le jeu en valait la chandelle.

«Il fallait prendre le temps de bien faire les choses, car l’Europe est un marché énorme pour le pneu. Chaque pays européen constitue un marché différent, avec sa langue, sa culture et sa façon bien à lui de brasser des affaires. Et comme personne ne nous connaissait – on était un peu comme les <@Ri>New Kids on the Block<@$p> – il a fallu développer des liens de confiance avec les gens de là-bas. La présence au sein de notre équipe d’une employée ayant travaillé là-bas pendant plusieurs années nous a grandement facilité la tâche», signale M. Depelteau.

L’entreprise peut maintenant compter sur une équipe de dix employés en sol européen qui travaille sous la direction de Jean-François Laberge. Elle dispose également de représentants à Toronto, Calgary, Chicago, en Floride, au Texas et en Californie.

Projet d’agrandissement

Victime de son succès, Martins Industries se voit aujourd’hui forcé d’agrandir son siège social et ses installations de Farnham, où est concentré l’essentiel de ses activités manufacturières.

L’édifice de l’entreprise passera ainsi de 40 000 à 60 000 pi2. Le coût de construction est évalué à 2 M$ alors que l’achat de nouveaux bureaux et de machinerie devrait nécessiter un investissement additionnel de 1 M$.

«L’agrandissement nous permettra de quadrupler la superficie des bureaux et des espaces publics, tout en augmentant l’espace dédié à la production, à l’innovation (recherche et développement) et à la commercialisation (marketing, vidéo, studio de photo)», indique le président de Martins Industries.

La réalisation de ce projet entraînera également la création de 25 emplois «bien rémunérés» en quelques années dans les secteurs de l’ingénierie, du marketing et des finances.

«Nous embauchons présentement un employé par mois en moyenne. À terme, notre entreprise devrait compter 65 employés à Farnham et une vingtaine d’autres à l’étranger», poursuit M. Depelteau.

Les travaux devraient débuter dans les prochains jours et être complétés dès le printemps prochain.

«On prévoit de quatre à cinq mois pour la construction. L’usine devrait être prête en février et les bureaux en mars ou avril», ajoute notre interlocuteur.

 

MARTINS INDUSTRIES EN CHIFFRES

. 2002 : fondation à Saint-Alexandre

. 2010 : déménagement à Farnham

.  2018 : nouveau bureau à Rijen

. 40 M$ à 60 M$: chiffre d’affaires

. 1000 % : croissance en cinq ans

. 60 à 70 : nombre de pays clients

. 40 : nombre d’employés à Farnham

. 20 : nombre d’employés à l’étranger

Partager cet article