Notre-Dame veut sécuriser les abords du marché Gendreault

Notre-Dame veut sécuriser les abords du marché Gendreault

Le maire Daniel Tétreault insiste sur l’importance de sécuriser l’intersection de la rue Principale et du rang Saint-Henri.

Crédit photo : L’Avenir & Des Rivières – Claude Hébert

TRANSPORT. L’administration Tétreault poursuit des discussions depuis avril dernier avec les gens du ministère des Transports du Québec (MTQ) en vue de sécuriser l’intersection de la rue Principale et du rang Saint-Henri.

Cette requête du conseil municipal de Notre-Dame-de-Stanbridge découle notamment des consultations publiques pour la mise en place de la politique familiale menées en 2016 et s’inscrit dans le plan stratégique de développement 2016-2026 de la Municipalité.

«Cette intersection est très utilisée par les clients du marché Gendreault, les personnes âgées de la Résidence Duhamel et les enfants d’âge scolaire habitant le rang Saint-Henri, la rue Messier et la rue du Bord-de-l’Eau», explique le maire, Daniel Tétreault.

Selon M. Tétreault, cet emplacement a déjà été le théâtre de plusieurs accidents de la route au fil des ans. Aucune collision impliquant des piétons, fort heureusement.

«Au milieu des années 80, on dénombrait quatre ou cinq accidents par été à cette intersection. Si les collisions sont moins fréquentes aujourd’hui – une aux deux ou trois ans tout au plus – les risques sont encore bien présents, car il y a un gros achalandage à cet endroit. Des automobiles bien sûr, mais également beaucoup de tracteurs et de camions», indique-t-il.

Proposition du conseil

Comme la rue Principale est de juridiction provinciale, le conseil municipal a adopté une résolution le 3 avril dernier enjoignant le MTQ d’installer une traverse piétonnière et deux panneaux clignotants pouvant être activés par bouton poussoir. Un premier en façade à la Résidence Duhamel (côté est) et un autre en façade du 1074 Principale (côté ouest).

Le maire verrait également d’un bon œil l’ajout d’un troisième bouton poussoir près de l’épicerie et d’un quatrième à l’angle de la rue Principale et du rang Saint-Henri.

Le MTQ a étudié la requête des élus de Notre-Dame et est revenu avec une contreproposition que l’administration Tétreault trouve irréaliste.

«L’emplacement suggéré par le MTQ, au coin de la rue Principale et du rang Sainte-Anne, n’est pas réaliste, car les piétons ne feront pas le détour pour utiliser la traverse», affirme le conseil municipal dans une deuxième résolution adoptée le 1er octobre dernier.

M. Tétreault estime que cet emplacement est situé «trop loin de l’épicerie», tout en admettant qu’il «pourrait être bon» pour la clientèle de l’école primaire.

Nouvelle demande

Dans sa résolution du mois dernier, le conseil municipal réitère sa volonté de sécuriser la traversée de la rue Principale par les piétons et demande de nouveau au MTQ de regarder «toutes les solutions envisageables pour améliorer la situation».

M. Tétreault dit également avoir de la difficulté à comprendre la position du MTQ au sujet des panneaux clignotants.

«Un panneau qui flashe sur demande, ça ne peut qu’attirer l’attention des automobilistes et camionneurs. On en retrouve d’ailleurs dans d’autres municipalités», affirme-t-il.

Le maire de Notre-Dame-de-Stanbridge a eu un nouvel entretien avec les gens du Ministère à la mi-octobre, soit après l’envoi de la deuxième résolution du conseil. Il espère que le MTQ sera en mesure de dépêcher un autre fonctionnaire dans les meilleurs délais pour évaluer la situation.

Suivi du MTQ

Le MTQ estime que la demande de l’administration Tétreault concernant l’implantation d’un passage piétonnier est justifiée.

«Le Ministère est cependant d’avis que l’emplacement suggéré par la Municipalité ne permet pas de garantir la sécurité des piétons, notamment en raison de la mauvaise visibilité attribuable à la présence d’une courbe prononcée», indique Nomba Danielle, conseillère en communication au MTQ.

Cette dernière rappelle que le MTQ suggérait plutôt d’aménager le passage pour piétons à l’intersection du rang Sainte-Anne, une proposition jugée irréaliste par le conseil municipal.

«Les gens du Ministère analysent présentement la contreproposition qui leur a été soumise par la Municipalité en octobre dernier», signale Mme Danielle.

La porte-parole du MTQ ajoute que le Ministère mène actuellement un projet-pilote pour tester l’efficacité de certains types d’aménagement – les panneaux clignotants notamment – susceptibles de sécuriser les traverses piétonnières.

«La Municipalité de Notre-Dame sera informée des résultats de ce projet-pilote», précise Mme Danielle.