Quatre projets de service de garde éducatif en communauté dans Brome-Missisquoi

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Quatre projets de service de garde éducatif en communauté dans Brome-Missisquoi
Le projet-pilote combine les avantages des services de garde en milieu familial avec une nouvelle approche communautaire. (Photo : Le Guide - Archives)

PETITE ENFANCE. À peine quelques semaines après l’annonce du ministère de la Famille, le projet-pilote de service de garde éducatif en communauté suscite déjà beaucoup d’intérêt dans notre région.

La directrice générale du bureau coordonnateur de la garde en milieu familial de Brome-Missisquoi, Marie-Claude Morier, confirme avoir déjà reçu quatre demandes relatives à la nouvelle formule mise de l’avant par le ministre Mathieu Lacombe à titre d’essai pour une période de trois ans.

«Il semble y avoir un réel intérêt pour ce type de service, bien qu’on en ait encore très peu entendu parler. C’est très prometteur», indique-t-elle.

Exigences

Le projet-pilote du ministre Lacombe combine les principaux avantages des services de garde en milieu familial (proximité, familiarité, flexibilité, etc.) avec une nouvelle approche communautaire permettant aux responsables de réaliser leur projet dans des locaux à l’extérieur de chez elles fournis par une tierce partie (presbytère, sous-sol d’église, ancienne école, centre de loisirs, maison communautaire, pharmacie, clinique médicale, etc.).

Les locaux utilisés pour la garde des enfants doivent être dédiés exclusivement à la prestation des services de garde, offrir un espace suffisant eu égard au nombre et à l’âge des enfants et avoir accès à un espace de jeu extérieur ou à un parc de proximité.

«Il va sans dire que les locaux doivent être à la fois sécuritaires (détecteur de fumée, extincteur, téléphone fonctionnel, espaces de rangement hors de portée des enfants) et conviviaux (propreté, bon éclairage, bonne aération, pas trop d’écho, présence de fenêtres, etc.)», signale la DG du bureau coordonnateur.

Cette dernière laisse entendre que la formule proposée convient notamment aux femmes qui souhaitent gagner un revenu intéressant tout en dirigeant leur propre entreprise à titre de travailleuses autonomes.

«Ça peut également convenir à des éducatrices offrant déjà le service à domicile et qui souhaitent récupérer leur maison pour une raison ou pour une autre», précise-t-elle.

Mme Morier doit rencontrer les maires de Brome-Missisquoi, avant l’assemblée mensuelle de la MRC, afin de leur transmettre de l’information au sujet de cette nouvelle approche.

Premières demandes

Le bureau coordonnateur a déjà reçu quatre demandes relatives à l’implantation d’un service de garde éducatif en communauté dans quatre localités de Brome-Missisquoi.

Les instigatrices de ces projets envisagent la possibilité d’implanter un tel service à Sutton (centre communautaire John-Sleeth), à Cowansville (une grande résidence privée) et à Farnham (ancien presbytère Saint-Romuald ou centre des loisirs Romuald-Potvin).

«Nous avons également reçu une demande de la Municipalité de Dunham pour un service de garde en milieu familial ou en communauté, mais aucun local n’a encore été ciblé pour ce projet», ajoute Mme Morier.

Cette dernière rappelle que les personnes intéressées par la nouvelle formule doivent notamment soumettre une demande formelle au bureau coordonnateur de Brome-Missisquoi d’ici la fin de l’année 2022. Elles doivent par ailleurs être prêtes à s’engager pour une période de deux ou trois ans.

«Nous avons déjà en main un modèle d’entente à leur soumettre», précise-t-elle.

Mme Morier indique que les critères d’évaluation des demandes restent les mêmes que pour les services de garde en milieu familial, à quelques exceptions près. Une visite des locaux et une enquête sur les responsables sont notamment prévues.

«Une fois le projet déposé au ministère de la Famille, les responsables peuvent s’attendre à recevoir une réponse dans un intervalle d’un mois. C’est très rapide, car la formule proposée permet d’éviter les longs délais liés à la construction d’un nouveau bâtiment. Et si des travaux d’aménagement sont requis, c’est le propriétaire des locaux qui les prend en charge», explique notre interlocutrice.

Encadrement

Les responsables d’un service de garde en communauté bénéficieront du soutien et de l’expertise du bureau coordonnateur.

Il faut préciser que cette organisation assure déjà la supervision de 110 responsables de garde en milieu familial réparties sur l’ensemble du territoire de Brome-Missisquoi (689 places pour les enfants de 7 mois à 5 ans). Elle opère également le Centre de la petite enfance Les Pommettes rouges (quatre éducatrices pour 20 places en installation) dans la Ville de Bedford.

«Le bureau coordonnateur peut compter sur la présence d’une psychoéducatrice au sein de son équipe et fait notamment appel aux services de professionnels du CIUSSS de l’Estrie – CHUS et du secteur privé (orthophonistes, ergothérapeutes) pour faciliter l’intégration des enfants à besoins particuliers», souligne Mme Morier.

Le bureau coordonnateur organise par ailleurs des «5 à 7», des colloques d’une journée et des visites dans les parcs municipaux afin de permettre aux responsables de garde en milieu familial de se rencontrer et d’échanger sur leur vécu.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires