Tournage de cinq mini-films inspirés d’Harry Potter à l’école Saint-Romuald

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Tournage de cinq mini-films inspirés d’Harry Potter à l’école Saint-Romuald
L'école Saint-Romuald a fait l'acquisition de répliques grandeur nature des principaux personnages de la série Harry Potter. (Photo : Gracieuseté)

FANTASTIQUE. La magie de l’œuvre de J. K. Rowling opère toujours, près d’un quart de siècle après la sortie du premier livre jeunesse de cette romancière britannique. Les élèves de l’école Saint-Romuald sont là pour en témoigner.

«À vrai dire, les aventures d’Harry Potter n’ont jamais perdu de leur popularité auprès des jeunes. Plusieurs jeux de société ont notamment été mis sur le marché pour souligner le 20e anniversaire de l’entrée en scène du jeune magicien. Et, plus récemment, la sortie de la série Les animaux fantastiques, qui met en scène le professeur Albus Dumbledore avant sa nomination à la direction de l’école de Poudlard, a permis aux jeunes de se replonger dans le monde imaginaire des sorciers», signale Isabelle Gagnon, titulaire de la classe jumelée de 5e et de 6e année à l’école primaire Saint-Romuald.

Oublier la pandémie

Fidèle lectrice des romans de J. K. Rowling, Mme Gagnon utilise les personnages de la série Harry Potter à toutes les sauces depuis maintenant trois ans.

En 2019-2020, cette dernière a eu la bonne idée d’organiser une activité mensuelle afin d’intéresser ses élèves à la lecture. C’est ainsi qu’Harry Potter a fait son entrée à Saint-Romuald

L’enseignante a poursuivi dans la même veine, en 2020-2021, en permettant aux jeunes de sa classe de se plonger à nouveau dans l’univers des apprentis sorciers et d’oublier les tracas de la pandémie de COVID-19 au rythme d’une période par semaine.

«Cette année-là, nous avons notamment décidé d’organiser un tournoi d’échecs comme à Poudlard. Une mamie s’est également prêtée au jeu et a accepté d’initier mes élèves au tricot. Un métier d’art emprunté à la mère d’un personnage de la série qui tricotait», indique-t-elle.

La Caisse Desjardins de la Pommeraie a soutenu le projet à hauteur de 2500 $ alors que la Fondation du maire de Farnham y est allée d’une contribution de 800 $ pour l’achat de livres sur le thème d’Harry Potter.

Tournage de mini-films

Cette année, les élèves de Mme Gagnon ont notamment eu l’occasion de parcourir des scénarios de films et des livres documentaires sur la série Harry Potter. Ils ont par ailleurs visionné le Power Point d’un plateau de tournage en Angleterre et fait la découverte des techniques utilisées pour la création d’effets spéciaux. Il n’en fallait pas plus pour leur donner la piqûre et les préparer au tournage des cinq mini-films d’une durée de deux à cinq minutes chacun.

Grâce à une aide financière de 400 $ de Point S et de 2500 $ de la Caisse Desjardins de la Pommeraie, la classe jumelée de 5e et de 6e année a pu faire l’acquisition de personnages grandeur nature et d’une toile verte pour la réalisation d’effets spéciaux. Une partie de cette somme servira également à payer les honoraires du caméraman-monteur des mini-films.

«Jonathan Harbec, le père d’un élève, a accepté de nous donner un coup de main. Il va s’occuper de tout l’aspect technique à un prix d’ami», précise l’enseignante.

Quatre mois de travail

Après trois mois de préparatifs, les éléments commencent à se mettre en place pour le tournage.

«Le scénario des cinq mini-films est déjà écrit, les rôles ont été distribués, les costumes achetés (dans une friperie) et les accessoires confectionnés. On a également fait quelques pratiques et séances d’essayage pour les costumes. À ce jour, on a surtout travaillé l’intonation, mais on commence à pratiquer les gestes», résume Mme Gagnon.

Les aspirants acteurs ont jeté leur dévolu sur les personnages les plus populaires de la série. Harry Potter, bien sûr, mais aussi Ron, Hermione, Dumbledore, Voldemort, Hagrid et le professeur Rogue.

«Il est plus facile de tourner cinq films en petites équipes qu’un seul et même grand film. Ça donne également la chance aux élèves de jouer le personnage de leur choix. Avec cinq fims, le personnage d’Harry Potter peut être interprété par cinq élèves différents», explique l’instigatrice du projet.

Derniers préparatifs

Une répétition générale aura lieu le jeudi 14 avril. Une séance de deux heures qui permettra aux jeunes de pratiquer leur rôle avec costumes.

Le caméraman profitera de la journée pédagogique du 19 avril pour s’installer en prévision du tournage du lendemain (20 avril) et du surlendemain (21 avril).

«On aura ensuite besoin de quatre à six semaines pour le montage», précise Mme Gagnon.

La projection aura lieu le soir du jeudi 2 juin, au gymnase de l’école, en présence des parents, des donateurs et du personnel de l’école.

«Vincent Roy, enseignant à la polyvalente JJB, nous prête le tapis rouge pour ce soir de grande première», poursuit l’enseignante.

Des copies vidéo des cinq mini-films seront par la suite disponibles pour visionnement en classe et à la maison.

«Les élèves ont grandi avec ce projet. Ça les a aidés à développer leur autonomie, leur persévérance, leur créativité. Ils ont également appris à travailler en équipe et à respecter les idées des autres», analyse Mme Gagnon.

 

TÉMOIGNAGES DE QUELQUES ÉLÈVES

  • Qu’est-ce que vous apprenez dans ce projet?

– « Moi, ça m’a appris qu’il faut beaucoup d’étapes pour faire un film et qu’il faut de la patience. » – Emily

– « Moi j’ai appris qu’il y a des figurants et j’ai appris ce que c’était. » – Océane

  • De quoi avez-vous le plus hâte?

– » De tourner et de jouer mes rôles! » – Emily

  • Quelles sont vos tâches?

– » On a plusieurs comités. Le comité d’acteurs choisit les rôles des élèves. Le comité décors et accessoires créent des accessoires comme le chien à deux têtes. Le comité publicité s’occupe de faire la pub pour donner envie aux gens de regarder le film. Le comité costumes s’occupe d’acheter des accessoires et des costumes avec le budget. » – Krystal

  • Qu’avez-vous appris dans l’écriture d’un scénario?

– « Qu’il faut que tu mettes beaucoup de détails et il faut mettre beaucoup de temps. »- Emily

  • Qu’est-ce qui est facile ou difficile jusqu’à maintenant?

– « Difficile : écrire le scripte, dur de répartir les rôles, faire le chien à deux têtes. »
– « Facile : (pour certains) écrire le texte à l’ordi. » – Elana

  • Qu’est-ce qui vous a donné l’idée de votre projet de film?

– « Plusieurs personnes sont bonnes en art. Aussi, ça aide à s’améliorer en oral et en écriture puisque les élèves ont dû écrire les scriptes. Puis en début d’année, nous avons vu un power point du plateau de tournage des films Harry Potter. » – Elana

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires