Un organisme de Farnham combat la pandémie de COVID-19 en Haïti

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Un organisme de Farnham combat la pandémie de COVID-19 en Haïti
Les fonds recueillis ont notamment servi à financer la confection de masques artisanaux dans des petits ateliers de couture d’Haïti. (Photo : Gracieuseté)

SANTÉ. Une impressionnante quantité de masques chirurgicaux, retrouvée dans la région de Farnham, permettra d’approvisionner sept établissements de santé de Brome-Missisquoi et de la Haute-Yamaska tout en venant en aide à la petite communauté de Grand-Goäve, en Haïti.

Pas moins de 118 000 masques avaient été offerts à l’organisme Ansanm Québec-Haïti par une multinationale des Cantons-de-l’Est au lendemain du séisme qui a ravagé ce pays des Grandes Antilles en janvier 2010.

Trois ans plus tard, l’organisme a acheminé à Grand-Goâve un dernier conteneur réunissant différents articles de première nécessité (tissus, vêtements, matériel d’hôpital, machines à coudre, bétonnière, pupitres, livres, dictionnaires, manuels scolaires, etc.). Le matériel restant a été entreposé en attendant un prochain envoi à Haïti.

Au début du mois de mars dernier, alors que la COVID-19 faisait son apparition au Québec, Serge Rosselet, résidant de Farnham et membre du conseil d’administration Ansanm Québec-Haïti, s’est rappelé que plusieurs boîtes de masques de procédure étaient toujours entreposées dans la région.

«Un inventaire de l’entrepôt m’a permis de découvrir 118 cartons contenant mille masques chacun. Je n’en revenais tout simplement pas», indique-t-il.

Quelques jours plus tard, soit le 12 mars, M. Rosselet a profité d’un examen de routine pour montrer les masques à son médecin de famille. Impressionné par la grande quantité de masques disponibles, le médecin l’a aussitôt mis en contact avec le gestionnaire du Groupe de médecine familiale (GMF) du Parc, à Granby.

«Nous nous sommes entendus sur un prix reflétant la valeur des masques avant la pandémie. On a également convenu que les masques pouvaient être donnés à la population à risque et qu’il ne devait pas y avoir de surenchère si les masques étaient revendus à d’autres GMF ou établissements de santé», précise M. Rosselet.

Les administrateurs de Ansanm Québec-Haïti ont également pris soin de faire plusieurs vérifications auprès du fabricant et de professionnels de la santé (médecins, pharmacien) d’ici afin de s’assurer que les masques étaient toujours utilisables.

«Sans pouvoir nous donner de garantie légale, tous nous ont dit que les masques seraient tout aussi efficaces que des nouveaux, et, surtout mille fois mieux que rien du tout. On se souviendra que plusieurs pharmacies de la région manquaient de masque, à la mi-mars, et que les réserves des cliniques étaient en baisse, sans garantie d’approvisionnement», ajoute le Farnhamien.

Forte demande

Les masques de procédure offerts par Ansanm Québec-Haïti ont rapidement trouvé preneur.

«Nous en avons livré 92 500 unités en mars dans quatre cliniques médicales de Bedford, de Granby et de Roxton Pond, puis 20 000 autres en avril au Centre hospitalier de Granby et dans une clinique médicale de Farnham», résume M. Rosselet.

La revente des masques a non seulement permis d’approvisionner plusieurs établissements de santé de Brome-Missisquoi et de la Haute-Yamaska, mais a aussi permis de recueillir une somme de 17 000 $ qui sera réinvestie en Haïti.

«Ce montant a été envoyé à Grand-Goâve, avec la participation active de nos partenaires d’Action-Haïti, pour financer la fabrication de masques artisanaux, confectionnés dans de petits ateliers de couture mis en place par des organismes comme le nôtre. En quelques semaines, plus 6000 masques artisanaux ont déjà été produits et la demande continue d’être très forte. Il faut savoir qu’un demi-million d’Haïtiens travaillent en République dominicaine et que plusieurs d’entre eux représentent un risque pour leur famille, car ils sont porteurs de la maladie», indique M. Rosselet.

Une partie des fonds amassés au Québec avec la revente des masques de procédure a par ailleurs servi à l’achat de chaudières à robinet et de savons pour le lavage des mains destinés aux familles les plus démunies de la région de Grand-Goâve.

«La réserve de masques inutilisés aura finalement permis de venir en aide à des gens d’ici et de là-bas», résume le bénévole de Farnham.

Toute personne désirant faire un don à Ansanm Québec-Haïti ou se joindre à l’organisation peut contacter Serge Rosselet au 450-775-9475.

 

 

SEPT LIVRAISONS EN QUATRE SEMAINES

. 50 000 unités au GMF du Parc, de Granby

. 2500 unités à la Coopérative de solidarité et de santé de Roxton Pond

. 10 000 unités au GMF Robinson, de Granby

. 10 000 unités à la Clinique Centrale, de Granby

. 20 000 unités au GMF de Bedford

. 15 000 unités au Centre hospitalier de Granby

. 5000 unités à la Clinique de Village, à Farnham

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires